Fin des Hunger Games pour la Fille du Feu

chat_mouilléCes dix derniers jours, un ouragan est passé sur la Biancat’s House. Alors pardon pour mon côté échevelé et hagard, je sors à peine la tête de l’eau 🙂

Voyons voir. Nous nous étions arrêtés au nouveau chapitre des aventures de la Fille du Feu : un nouveau job de commerciale, un produit Google super sympa à vendre, en télétravail, des collègues adorables. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Sauf qu’à l’usage, le job en question s’est rapidement transformé en l’expérience professionnelle la plus cuisante que j’aie jamais vécue.

Le premier jour, gonflée à bloc, ultra-motivée, je commence à me familiariser avec les outils de travail après une petite séance de formation. Visiblement je comprends vite, ça s’annonce bien. Du moins jusqu’au moment fatidique où je dois passer mon premier appel. A cet instant précis, la boule que j’ai dans le ventre m’envoie un signal d’alarme, celui de la peur. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai été embauchée pour ça alors je dois dépasser cette sensation et ne pas me poser de questions.

Rapidement, je constate que mes interlocuteurs – pourtant des professionnels – m’accueillent souvent mal, que je m’empêtre dans mon argumentaire, qu’arriver au ‘oui’ fatidique n’est pas aussi facile que je l’aurais imaginé. En plus, je sais que mon boss m’écoute, ce qui décuple mon stress. Après une première journée éprouvante, le debrief avec lui n’est pas brillant, mais en même temps c’est le premier jour, je me dis que je dois me laisser le temps de la progression.

Le lendemain matin, j’ouvre à peine un oeil que je réalise qu’il va falloir que j’attaque à nouveau et j’ai le ventre qui se tord rien que d’y penser, ce qui est plutôt mauvais signe. Bilan du 2ème jour pas beaucoup plus concluant que le premier mais heureusement, c’est le week-end et même si je n’ai travaillé que deux jours, je suis littéralement épuisée.

chat cracheAprès ce week-end réparateur, s’ensuit une semaine aussi pénible que la précédente : maux de ventre et vomissements d’angoisse le matin – j’ai envie de pleurer dès que j’ai posé les fripouilles à l’école et que je suis sur le chemin du retour -, voix aiguë et mal assurée au téléphone, toujours aucune vente, et immense fatigue le soir qui ne s’atténue pas.

Puis arrive le vendredi matin qui a tout changé. Nouveau briefing de formation avec mon boss, où il lâche les mots fatals : ‘Tu manques d’agressivité’, ‘N’hésite pas à manipuler les gens pour les faire arriver où tu veux’, ‘Crée l’urgence, raconte-leur un pipeau si il faut’, ‘Tu peux aller au clash pour casser leurs arguments, même si la vente ne se conclut pas, tu t’en fous, tu ne les connais pas’. Après m’avoir asséné ces conseils quasi-militaires, il conclut en me disant que j’ai désormais toutes les clés en main et que c’est à moi de voir si je peux les intégrer ou pas.

A la fin de la conversation, le ventre vrillé, malade, je réalise que je ne vais pas pouvoir faire une journée de plus. Moi la sensible, la foncièrement gentille, la tendre Biancat qui aime tout le monde, je sais que je ne pourrai pas être agressive, ni manipulatrice, et encore moins menteuse, même avec des gens que je ne connais pas et qui m’envoient balader.

chat canapeAlors, après être passée par la case docteur, je passe la journée prostrée dans mon canapé, à ressasser mon échec. Le lendemain matin, je prends ma décision : j’envoie un mail à mon boss pour lui dire qu’il y a eu une grosse erreur de casting, que je souhaite qu’on s’en tienne là dans notre collaboration, et voilà comment la dernière aventure de Katniss prend fin.

Retour à la case départ ? Pas vraiment. Parce qu’avec cette expérience j’ai réalisé une chose fondamentale : qu’on ne peut pas vivre toute une vie à côté de ce qu’on est vraiment, en faisant des métiers qui ne nous ressemblent pas et qui nous rendent malheureux. Que ce projet que j’ai depuis des mois de m’installer en freelance pour écrire, je n’ai plus aucune raison de le différer encore. Et finalement je me rends compte que ce coup de pied monumental que l’Univers vient de me donner était peut-être ce dont j’avais besoin pour me libérer de mes dernières peurs.

Lundi, je vais donc retourner – je vous le donne en mille ^^ – chez mon ami Paul Emploi, pour tourner définitivement une page, en ouvrir une nouvelle et profiter de cette nouvelle liberté que m’ont apporté ces Hunger Games de l’emploi, que j’estime avoir largement remportés.

Publicités

22 réflexions sur “Fin des Hunger Games pour la Fille du Feu

  1. Pingback: La Fille du Feu décroche un poste à Marseille | Biancat's Room

  2. Ma pauvre, je comprends le mal être qui te rongeait…
    Je pense donc que tu as largement bien fait de te retirer avant de te rendre malade…
    L’important c’est de faire quelque chose que tu estimes digne de toi, de tes envies, de tes valeurs etc… ^^
    En plus il fallait du courage pour renoncer à ce travail et je dis CHAPEAU 🙂 🙂 🙂

    J'aime

  3. Le travail est normalement censé apporter quelque chose à la communauté humaine. C’est dingue de voir comment se développent des jobs inutiles et prédateurs. C’est très courageux de ta part d’avoir renoncé à participer à cette sinistre comédie!

    J'aime

  4. Je comprends bien la synchronicité… et effectivement, le coup de pied a été si puissant.
    Mais je retiens : « qu’on ne peut pas vivre toute une vie à côté de ce qu’on est vraiment, en faisant des métiers qui ne nous ressemblent pas et qui nous rendent malheureux. Que ce projet que j’ai depuis des mois de m’installer en free lance pour écrire, je n’ai plus aucune raison de le différer encore. Et finalement je me rends compte que ce coup de pied monumental que l’Univers vient de me donner était peut-être ce dont j’avais besoin pour me libérer de mes dernières peurs. »
    Encore une belle traversée des ténèbres… mais il y a de la Lumière, c’est sûr.
    De tout cœur avec toi

    J'aime

  5. Quand une porte se ferme…… Une autre s »ouvre devant soi, le tout est de ne pas avoir les yeux rivés sur la porte fermée et il semble que tu es sur le bon chemin. Allez ! Maintenant tu es free, lance toi ! 😉

    J'aime

    • Impossible de rester rivée sur cette porte fermée, elle m’a trop échaudée, mais j’en avais sans doute besoin 🙂 Maintenant reste à avancer sur ce nouveau chemin inconnu…

      J'aime

  6. Rien ne sert de se forcer de vivre une vie qui n’est pas la sienne, à quoi bon s’entêter à vouloir être heureux à moitié ? Que la réussite accompagne cette libération ! 😀

    J'aime

  7. Les victoires les plus belles sont celles que l’on remporte sur soi-même. Bravo, Biancat : vous vous êtes libérée de vos dernières peurs. L’avenir est à vous !!! Tous mes voeux de réussite vous accompagnent dans votre nouveau projet 🙂
    Amitiés,
    Odile

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s