Ultraviolence : la reine Lana est de retour

Lana-Del-Rey-Ultraviolence-2014En 2012, la musique de Lana Del Rey éclatait à la face du monde avec l’album Born to die. Bien plus qu’une chanteuse, on découvrait un personnage et un univers. Un monde onirique pétri de nostalgie et de mystère, où les hommes sont dangereux et où les héroïnes lynchiennes ne sont pas loin.

Comme le disait Victor Hugo, la mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’avec la musique de Lana Del Rey. Quand je l’écoute, l’adolescente à fleur de peau qui marquait le nom de son amoureux à l’infini sur ses cahiers d’école me titille toujours un peu, je me dis aussi que oui, le monde est décidément trop cruel, mais Dieu que c’est bon.

Après avoir menacé d’arrêter la musique fin 2012, Lana semble avoir finalement changé d’avis et nous est revenue le 13 juin dernier avec un nouvel album, Ultraviolence, produit par Dan Auerbach, le chanteur et guitariste des Black Keys.

Un nouvel opus moins accessible

J’avais été si envoûtée par Born to die – que j’écoute toujours en boucle – que j’appréhendais un peu la découverte d’Ultraviolence. Difficile en effet de maintenir un tel niveau quand on a démarré au sommet. Contrairement à son prédécesseur, la première écoute s’est avérée moins évidente, les morceaux moins faciles d’accès et le coup de foudre n’a pas été immédiat.

lana-del-reyLe côté pop et hip-hop a disparu au profit d’un rock d’inspiration seventies où plane le fantôme des Eagles. Lana, qui s’était elle-même définie comme une Nancy Sinatra gangsta, a laissé son côté gangsta au vestiaire, l’album flirtant beaucoup plus avec les guitares, tantôt douces comme dans Blooklyn Baby, tantôt plus violentes et saturées comme dans Shades of Cool ou Pretty when you cry.

Sa voix a perdu ses envolées enfantines pour se faire plus profonde et plus intime, plus troublante aussi, jusqu’à une interprétation étonnamment classique, et par conséquent déroutante, du dernier morceau de l’album.

Mais Lana reste Lana

Cette nouvelle direction artistique et cette coloration musicale plus rock, à laquelle Dan Auerbach n’est bien sûr pas étranger, ne trahissent en rien l’univers de Lana Del Rey. Bien au contraire, les rythmes lancinants et lascifs et les sonorités vintage servent à merveille sa mélancolie fantasmatique et sa nostalgie douloureuse. Dans les textes, les filles fragiles tombent toujours amoureuses des bad boys et aiment toujours flirter avec la mort. Et Lana reste plus que jamais dans son personnage, entre star irréelle tout droit sortie de l’âge d’or hollywoodien et icône résolument moderne.

Plus qu’un album, un voyage

La première impression laissée par Ultraviolence est celle d’un long morceau qui n’en finit pas. Ce n’est qu’après plusieurs plongées que les nuances se font jour, que l’univers se dévoile et que l’on est définitivement conquis par la grande cohérence artistique de l’ensemble. Il est de ces amours qui demandent de la persévérance avant de se révéler. Ainsi, Ultraviolence n’est pas une boîte à tubes comme pouvait l’être Born to die, ni seulement l’album d’une artiste tour à tour décriée et adulée, c’est avant tout un voyage musical à ne pas manquer.

 

ArticlepubliéSobusygirls-rouge

Publicités

16 réflexions sur “Ultraviolence : la reine Lana est de retour

  1. Pingback: Ultraviolence | ~~ Vent d'Angers ~~

  2. Toutes les critiques ne sont pas élogieuses :
    « L’effet pervers est qu’Ultraviolence ne possède pas de compositions aussi fortes que son prédécesseur, si ce n’est « Shades of Cool » ou « Sad Girl », et que le choix de parer la plupart des quatorze chansons de classicisme finit par se retourner contre elles. Ces mélodies fades débitées dans une atmosphère étherée (« Cruel World », « Ultraviolence ») n’ont pour dernier rempart que l’interprétation lascive et susurrée, toujours ensorcelante, de la baby doll.

    Il est à regretter qu’un tel talent pour la mise en scène chantée n’aie pas trouver son Pygmalion en composition, la baguette magique d’un Gainsbourg ou d’un Hazlewood. Au lieu de cela, Lana Del Rey recourt à ses talents pour la comédie en offrant à ses scénarios hollywoodiens très sombres, de « Brooklyn Baby » à « Sad Girl » et « Guns and Roses », ses intonations cabotines d’enfant ou de vamp glamour. Le constat est d’autant plus cruel que les extraits prédiffusés à la chaîne et alignés à la suite sur l’album forment les moments les plus intenses d’un menu s’étirant en longueur par des redites. La collection de chansons mélancoliques et maudites aurait gagné à se réduire de moitié. Dommage.

    Loïc Picaud – Copyright 2014 Music Story « 

    J'aime

  3. Merci de cette chronique qui donne envie. Je ne suis pas sûr qu’on ait les mêmes goûts mais si je le trouve d’occase, je me laisserais tenter (il est encore un peu cher en neuf). Je ne connais pas le premier non plus…

    J'aime

  4. J’avoue mon ignorance totale et crasse 🙂 de cette chanteuse mais la façon dont tu en parles me donne envie… comme le titre de son premier album.
    Bravo pour l’autre billet web, bisous et doux dimanche, Biancat

    J'aime

    • Je ne suis pas très objective tellement j’aime sa musique mais c’est vrai que cette chanteuse vaut vraiment le détour, rien que pour son univers si personnel. Je t’embrasse Élisabeth 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s