Livres et séries Young Adult : mes découvertes du moment

Si vous avez un peu suivi mes mésaventures avec Free, vous savez peut-être que j’ai passé une vingtaine de jours sans Internet depuis mi-septembre. J’ai donc – en vrac – loupé l’atelier d’écriture Les Plumes d’Asphodèle (deux fois), pris du retard dans ma lecture thérapeutique du blog Tarot Psychologique, perdu le fil de vos blogs… Je n’ai pas pu non plus parler de mes récentes découvertes livresques et télévisuelles.

Ces dernières semaines, je me suis offert une sorte de cure de jouvence, en m’attaquant à la littérature et aux séries Young Adult. Merci à la bibliothèque de mon village de m’avoir donné l’occasion de lire des titres que je n’aurais peut-être pas achetés, et pardon à l’avance pour ce billet qui risque d’être un peu long ! Voici donc ma sélection jeunesse :

Livre : Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

 Terrienne-mourlevatL’histoire : le lendemain de son mariage, la soeur d’Anne, 17 ans, disparaît mystérieusement. Un an après sa disparition, Anne reçoit un étrange message et décide de partir à sa recherche. Elle découvre alors une mystérieuse route de campagne qui la conduit à un univers parallèle étrange et froid, où les humains ne le sont pas vraiment.

Mon avis : Ce qui frappe tout d’abord dans ce petit roman fantastique, c’est l’ambiance qui happe dès les premières pages du livre. La réalité est faite de brumes et de nuances de gris et de vert, comme la ville où elle se déroule : Saint-Etienne. Quant au monde parallèle où Anne va partir à la recherche de sa soeur, il est glaçant et d’une blancheur fantomatique et aseptisée, comme la couverture du livre. Comme souvent dans la littérature dystopique Young Adult, on retrouve les thèmes de la différence, de la coercition de la société, du conditionnement, de la liberté, mais l’ambiance, l’univers et le style de Jean-Claude Mourlevat sont suffisamment typés pour que l’impression d’originalité persiste tout au long du livre. Même si la lecture est très agréable, je suis malgré tout restée un peu sur ma faim car il manque un peu de profondeur à l’ensemble, ainsi que d’explications sur l’existence de ce monde parallèle, pour que l’immersion soit totale.

Livre : Quatre filles et un jean d’Ann Brashares

quatre-filles-et-un-jeanL’histoire : Tibby, Lena, Bridget et Carmen. Ces quatre adolescentes sont amies depuis leur plus tendre enfance.  Cet été-là, elles vont être séparées pour la première fois, mais avant de partir, elles vont faire l’acquisition d’un jean magique qui passera de mains en mains, témoin au passage de leurs émotions, de leurs bonheurs comme de leurs chagrins. 

Mon avis : Dans les premières pages, on se dit voilà un livre somme toute assez banal. Quatre ados, très différentes, amies depuis le berceau… Et puis au fil des chapitres, au fil des aventures racontées par les quatre voix, on se fait cueillir au détour d’une page, on est touchée par une phrase, par une situation, alors qu’on ne s’y attendait pas. Le regard sur l’adolescence et les mots d’Ann Brashares sonnent très justes et chaque personnage est dépeint avec beaucoup de sensibilité. Ce qui fait qu’on ne peut s’empêcher de s’identifier à l’une ou plusieurs de ces quatre filles, au caractère à la fois hérissant et attachant, comme le sont les ados. Au final, cette jolie histoire sur l’amitié, sur l’apprentissage, et sur la vie tout simplement, fait passer un très bon moment, ponctué d’émotions allant du rire aux larmes.

Série : The 100

the-100L’histoire : Dans le futur, la Terre a été ravagée par une apocalypse nucléaire. L’humanité est depuis près d’un siècle confinée dans une station orbitale, l’Arche, dont les ressources déclinantes mènent lentement à l’extinction des derniers humains. Les habitants de l’Arche décident alors d’envoyer sur Terre cent adolescents détenus pour divers délits, afin de vérifier que la vie à la surface serait de nouveau possible.

Mon avis : Dans les tout premiers moments, la série fait un peu peur. Une bande d’adolescents, tous agréables à regarder (la série passe aux US sur la chaîne CW, spécialiste de la série pour ados), débarque sur Terre en tant que dernier espoir de l’humanité. Bon. Ils débarquent à la surface et commencent par faire une fête d’enfer. Bon. Heureusement, petit à petit, et malgré quelques invraisemblances, la série gagne en suspense, en rythme et en intérêt. Les personnages s’étoffent, et les jeunes acteurs font plutôt bien le job. Les intrigues au sein de la station et les surprises que réserve la Terre aux jeunes héros s’entremêlent, pour donner une histoire qui se laisse suivre sans déplaisir. De plus, la saison 1 s’achève sur un cliffhanger qui donne furieusement envie de connaître la suite.

Petit clin d’oeil pour les aficionados des séries SF et fantastiques : on retrouve dans The 100 quelques visages connus comme Henry Ian Cusick (Lost), Kate Vernon et Alessandro Juliani (Battlestar Galactica), et même de façon très furtive Osric Chau (Supernatural).

Série : The Vampire Diaries

the-vampire-diariesL’histoire : Après avoir perdu ses parents dans un tragique accident, Elena Gilbert, 17 ans, doit réapprendre à vivre. Elle rencontre les frères Salvatore, Damon et Stefan, et s’éprend très rapidement de Stefan. Peu à peu, elle découvre que ce sont des vampires et que la petite ville de Mystic Falls cache bien des secrets.

Mon avis : Au départ, deux raisons m’ont poussée à entamer The Vampire Diaries, qui vient de repartir pour une sixième saison sur la CW : 1- l’immense déception que j’avais ressentie avec la romance vampirique loupée de Twilight et 2- les yeux bleus de Ian Somerhalder que j’avais déjà repéré dans Lost. Malgré tout, j’ai bien failli ne pas poursuivre au-delà de la première moitié de la saison 1 : romance mièvre au possible entre Elena et Stefan, surjeu de Ian Somerhalder, bluettes d’ados gentillettes, personnages stéréotypés…

Pourtant, bien que très manichéenne dans cette première saison, la série a eu la bonne idée de développer dans les saisons suivantes les côtés sombres de ses personnages, les rendant ainsi plus intéressants. Par ailleurs, la mythologie vampirique s’est enrichie, de nouveaux personnages et de nouvelles créatures ont fait leur apparition. En outre, la série n’est pas avare en rebondissements, parfois à la limite de l’overdose, ce qui m’a conduite sans trop d’efforts à regarder les 5 saisons actuellement disponibles. Mais ce qui rend cette série définitivement sympathique, ce n’est pas son scénario, souvent répétitif et à base de poursuite du grand méchant de la saison, d’alliances et de trahisons. A mes yeux, son attrait réside surtout dans l’histoire romantique entre Elena et les frères Salvatore. Le trio amoureux mérite bien son nom et chaque frère oscille dans le coeur d’Elena au fil des saisons (pour ma part, je trouve le personnage de Damon très attachant). De ce point de vue-là, la série est plutôt réussie. Ainsi, The Vampire Diaries n’est certes pas la série du siècle, mais si on aime les vampires, les mythologies fantastiques et les romances à trois, elle est très agréable à regarder et peut rapidement devenir votre petit plaisir coupable 😉

Publicités

La réforme des rythmes scolaires, chez nous, ça donne quoi ?

rythmes-scolaires

La réforme des rythmes scolaires, on en parle depuis des mois. De nombreux parents continuent à se mobiliser contre les nouveaux horaires, et au vu des difficultés de mise en place dans de nombreuses communes, la tension n’est pas près de retomber. Pour ma part, je suis de celles qui attendaient de voir pour juger. Je ne prétends pas avoir la science infuse en matière de rythme biologique de l’enfant, mais la théorie des 5 matinées me paraissait plutôt sensée, du moins sur le papier. Au quotidien, c’est autre chose, et le vécu est bien différent selon qu’on a 4 ou 7 ans.

Dans ma petite commune des Bouches-du-Rhône, l’aménagement réalisé pour la réforme des rythmes scolaires est on ne peut plus simple et, disons-le, assez malin : les horaires sont restés les mêmes que l’année précédente les lundi, mardi et jeudi, et le vendredi après-midi a été libéré pour faire place au mercredi matin. Les NAP (Nouvelles Activités Pédagogiques) ont été regroupées le vendredi après-midi, en deux tranches de 1h30.  Ainsi, pour les enfants qui ont la chance d’être récupérés à 11h30, le week-end commence plus tôt.  Pour les autres, la commune propose des NAP originales et variées : environ une quinzaine sur l’année, dont une activité de culture provençale ! Elles sont gratuites cette année mais nous avons été prévenus : elles seront en partie à la charge des parents dès l’année prochaine, parce que la commune ne pourra pas absorber le surcoût.

nouveaux-rythmes-scolaires

Ma grande fripounette de 7 ans, qui est en CE1, adore ces nouveaux rythmes : pour elle qui manque de concentration, travailler 5 matinées est idéal. De plus, la seconde moitié de la semaine s’avère plus légère que la première puisque le vendredi matin, sa maîtresse a calé des activités physiques et un peu moins d’apprentissages. Pour elle, la semaine de travail est donc quasiment bouclée le jeudi soir et elle est ravie d’être en week-end dès le vendredi midi, puisque je viens la chercher. Chez elle, peu ou pas de fatigue de fin de semaine.

En revanche, pour la petite, qui est en moyenne section de maternelle, ce nouveau rythme est bien moins adapté : se lever, se presser et se concentrer tous les matins de la semaine l’épuise littéralement. Même si elle se levait quand même le mercredi lorsque je travaillais en entreprise, une matinée chez la nounou était bien moins fatigante qu’une matinée d’école. Je me retrouve ainsi avec une petite fille fatiguée qui chouine et fait des caprices tous les soirs, et ce dès le mardi. Je vous laisse imaginer la fin de la semaine, et n’ose même pas imaginer la fatigue des enfants qui restent au périscolaire et aux NAP. En fin de compte, ces pauvres loulous passent quasiment toute leur semaine à l’école.

Alors réussite ou échec, ces nouveaux rythmes scolaires ? Ma propre expérience de cette nouvelle organisation est mitigée. Même si cette réforme part d’une bonne intention, la généralisation de sa mise en oeuvre au primaire et à la maternelle n’est de toute évidence pas un grand succès, et ce sont finalement les plus petits qui en pâtissent. Je comprends qu’il soit compliqué de gérer des rythmes scolaires à deux vitesses (pour nous parents aussi !). Cependant, si cette réforme devait être maintenue dans les années à venir, le travail est, me semble-t-il, loin d’être encore terminé si nous voulons préserver nos tout-petits.

Et chez vous, quel est le premier bilan de ces nouveaux rythmes scolaires ?

ArticlepubliéSobusygirls-rouge

Je participe à un concours de nouvelles

Biancat et sa freebox, tout un roman ! Après dix jours d’attente pour récupérer la ligne suite à notre déménagement, notre freebox s’est ensuite…  fait foudroyer par l’orage. True story ^^ Total : depuis une semaine, je suis de nouveau en panne d’Internet, et la blogosphère, ainsi que les échanges avec vous, me maaaaaanquent !!

logo-je-deviens-ecrivain

Qu’à cela ne tienne, je profite malgré tout d’une petite fenêtre connectée pour vous dire que je participe à un concours de nouvelles. Il y avait un concours, j’avais une nouvelle dans l’escarcelle, alors je me suis dit pourquoi pas ?

concours-nouvelles-je-deviens-ecrivain

Voilà, vous pouvez aller lire, voire même voter 😉 Attention, il faut s’inscrire pour pouvoir enregistrer le vote ! Si vous prenez le temps de le faire, je vous remercie mille fois par avance !

 

Séries : c’est dans les vieux pots…

twin-peaks La nouvelle secoue le petit monde des séries depuis quelques jours : Twin Peaks pourrait être de retour en 2016 !

Univers totalement immersif, galerie de personnages géniaux et improbables, étrangetés de tout poil, la série de David Lynch était l’OTNI (Objet Télévisuel Non Identifié) du début des années 1990.

ill-see-you-again-in-25-years-twin-peaks

Rappelez-vous : au fil des 30 épisodes, l’agent fédéral Dale Cooper (Kyle MacLachlan) enquêtait sur la mort mystérieuse de la jeune Laura Palmer (Sheryl Lee) et nous découvrions avec lui les habitants hauts en couleur et les secrets les plus sombres et inavouables de Twin Peaks, petite bourgade en apparence tranquille. Enquête policière, drame, série fantastique : difficile alors de faire rentrer Twin Peaks dans une case, tant l’intrigue était riche, tentaculaire et déroutante.

Dans le dernier épisode de la série, Laura avait donné rendez-vous à Dale dans 25 ans. Chose promise, chose due ! La série s’installerait donc 25 ans après les faits, et il est fort probable que de nombreux personnages seront de retour. Série-culte entre toutes, qui a bousculé les codes de la série télévisée, inutile de dire que l’excitation des fans de Twin Peaks est immense, d’autant plus que David Lynch a promis des réponses aux mystères restés en suspens. Leurs attentes le seront aussi.

Battlestar-galacticaDans la série « c’est dans les vieux pots… », la rumeur a également couru cette année que Battlestar Galactica pourrait faire l’objet d’un long métrage au cinéma en 2015.

Si je suis un peu jeune pour avoir vraiment connu la série originale de 1978, j’ai en revanche adoré la série de 2003, que j’ai terminée récemment. Réalisé par Ronald D. Moore, ce reboot s’est révélé, en 4 saisons et quelques téléfilms (Razor et The Plan entre autres) être l’une des meilleures productions SF jamais réalisées pour la télévision.

L’histoire : après avoir créé les Cylons, sorte de machines intelligentes, les humains ont vu ces derniers se rebeller contre eux et manquent de se faire exterminer lors d’un pilote de 3h d’une qualité et d’une intensité dramatique exceptionnelles. Pourchassés à travers tout l’univers et guidés par le vaisseau de guerre Galactica, nous suivons leurs errances, à la recherche d’un nouveau foyer : la Terre, que d’aucuns considèrent comme un mythe.

Intrigue foisonnante et dramatique mêlant science-fiction, politique, réflexion sur la condition humaine et la différence, mythologie, religion, Battlestar Galactica version 2003 est une série passionnante et d’une grande richesse scénaristique. casting-battlestar-galacticaRichesse soutenue par des personnages aussi complexes que fascinants (le commandant Adama, la présidente Rosslin, Apollo, Starbuck (qui a changé de sexe entre 1978 et 2003) ou l’énigmatique Gaïus Baltar), et interprétés par un casting de haut-vol.  Aussi, on ne peut pas nier que l’idée de voir l’univers de BSG transposé au cinéma avec les moyens techniques actuels fait un peu rêver.

Pour ce qui est des salles obscures, on se souvient des récents passages sur grand écran de Star Trek, orchestrés par JJ Abrams : univers un peu malmené pour les puristes, mais assurément du grand spectacle plutôt jouissif. De plus, pour BSG, la rumeur dit que ce serait le producteur de la série originale de 1978, Glen A. Larson, et non pas Ronald D. Moore, qui reprendrait les commandes. Pour le meilleur ou pour le pire ? Seul l’avenir nous le dira.

Tag : mes 15 albums préférés

Encore une journée taguesque aujourd’hui, puisque j’ai été nommée par Pimpf pour le tag « Sélection de mes 15 albums préférés ». Merci à toi Pimpf 🙂

Le principe : faire une liste de 15 albums dont vous vous souvenez et dont vous gardez un précieux souvenir, qui vous ont marqué particulièrement dans votre vie et ceci dans un maximum de 20 minutes. 

Dans ma vie, ma sélection musicale se composerait de morceaux plutôt que d’albums, et il y aurait certainement d’autres artistes qui ne figurent pas là. Ces 15 albums, récents ou plus anciens, cultes ou pas, sont ceux que je peux écouter en boucle ou vers lesquels je reviens toujours :

absolution-muse american-life-madonnaback-to-black born-to-die-lana-del-rey born-to-do-it-craig-david fallen-evanescence hands-all-over-maroon-five if-you-wait-london-grammar made-in-love-zazie mezzanine-massive-attack rodeo-zazie talkie-walkie-air thriller-michael-jackson unorthodox-jukebox-bruno-mars violator-depeche-mode

  • Amy Winehouse : Back to Black, parce que je suis fan de sa voix d’or
  • Madonna : American Life, parce que j’aime Madonna depuis l’enfance et que c’est son seul album que Chéri accepte d’écouter ^^
  • Muse : Absolution, parce que j’ai découvert leur rock grandiloquent et la voix de Matthew Bellamy avec cet album
  • Lana Del Rey : Born to die, parce que je suis une inconditionnelle de son univers
  • Bruno Mars : Unorthodox jukebox, parce que je l’écoute tout le temps et que Bruno Mars, c’est peu l’héritier de Michael Jackson
  • Maroon 5 : Hands All Over, parce que c’est l’album anti-déprime par excellence et que je trouve la voix d’Adam Levine ultra-sexy
  • London Grammar : If you wait, parce que c’est ma découverte coup de coeur de l’année
  • Depeche Mode : Violator, parce qu’il m’a fait tomber amoureuse du son DM et de la voix de Dave Gahan
  • Zazie : Made in love, parce que depuis je suis fan des mots de Zazie
  • Zazie : Rodéo, parce que pour moi, c’est son meilleur
  • Massive Attack : Mezzanine, parce qu’il est culte et qu’il m’a fait découvrir la trip-hop
  • Air : Talkie Walkie, parce que l’univers de Air est sans pareille et que je peux écouter Cherry Blossom Girl 20 fois d’affilée
  • Craig David : Born to do it, parce que Walking Away est un peu devenu mon hymne à la liberté
  • Michael Jackson : Thriller, parce que Michael !
  • Evanescence : Fallen, parce qu’il m’a ouvert les portes du monde du métal symphonique

Je ne tague personne en particulier mais ça me plairait bien de connaître votre liste 🙂 Alors à vos albums !

Plus jamais ça

Calogero a écrit ce morceau en hommage à Kevin et Sofiane, ces deux jeunes qui se sont faits purement et simplement massacrer par une bande en 2012, dans une banlieue près de Grenoble. Pour un « mauvais regard »… Je ne sais pas vous mais moi quand j’écoute cette chanson, j’ai envie de pleurer.

Echirolles centre, banlieue sud de Grenoble
Je m’appelle Sofiane, j’ai 20 ans
Kevin c’est mon pote, on est inséparables
J’ai un job, moi je vis simplement
Le soir à Villeneuve, les grands frères et les gosses
Les terrains de foot et la boxe
Qui a eu tort ? La raison du plus fort
Pour un regard en croix, je suis mort

Toi mon frère, dis-moi pourquoi
La vie continue sans moi
Dis-moi pourquoi j’étais là
Un jour au mauvais endroit
Les cafés, les cinémas
Je n’y retournerai pas
Ma vie s’est arrêtée là
Un jour au mauvais endroit

Dans la violence s’est brisée mon enfance
J’ai perdu l’existence et le sens
Dans les allées du Parc Maurice Thorez
On a poignardé ma jeunesse
Qui a mis ça ? La guerre dans nos quartiers
L’abandon, l’ennui, la télé
Des couteaux de combat dans les mains des gamins
Pour un regard en croix, c’est la fin

Toi mon frère, dis-moi pourquoi
La vie continue sans moi
Dis-moi pourquoi j’étais là
Un jour au mauvais endroit
Les cafés, les cinémas
Je n’y retournerai pas
Ma vie s’est arrêtée là
Un jour au mauvais endroit

Et c’est parce qu’ils étaient là
Un jour au mauvais endroit
Qu’ailleurs, ici ou là bas
Pour nos frères, plus jamais ça

Plus jamais, plus jamais, plus jamais ça
Plus jamais, plus jamais

Pour nos frères, plus jamais ça