Les perles SF / Fantastique du Direct To Video

J’évoquais il y a quelques temps mes semi-déceptions cinématographiques SF / Fantastique de l’année. Hormis quelques exceptions, je faisais le constat de beaucoup d’action pour peu de réflexion ou d’émotion. Finalement, c’est du Direct to Video, ces films à petits budgets qui ont zappé la case salles obscures, que sont venues pour moi les surprises les plus sympathiques.

PREDESTINATION_27X40_R3MECH.inddPredestination – 2014

L’histoire : le héros est Agent temporel. Pour son ultime mission, il doit arrêter un dangereux criminel qui n’a eu de cesse de lui échapper.

Difficile de résumer ce petit film de science-fiction, dont le pitch ne fait vraiment pas honneur à l’histoire. Ethan Hawke, qui a déjà fait des incursions dans la SF (Bienvenue à Gattaca) voire même dans l’horreur (Sinister) y interprète un Agent temporel dont le métier est l’arrestation de criminels avant qu’ils ne commettent leur délit. De retour dans les années 70, il fait un soir la connaissance d’un homme mystérieux qui lui raconte son histoire. Plutôt lent au démarrage, le film déroule progressivement des faits qui vont finir par s’imbriquer dans un scénario assez incroyable qui donne le vertige, pour peu que l’on accepte de ne pas y trouver une cohérence absolue (c’est de la SF !). Je pensais avoir déjà vu beaucoup de choses en matière de cinéma fantastique, mais je dois avouer que j’ai trouvé l’idée de base de ce film (à ne surtout pas révéler, bien sûr !) extrêmement osée, et de ce fait vraiment jouissive. Ajoutez à cela l’excellente interprétation d’Ethan Hawke et de l’étonnante Sarah Snook, et vous tenez là une des jolies surprises de 2014, qui aurait amplement mérité sa sortie en salles.

triangle-filmTriangle – 2009

L’histoire : Un groupe d’amis se retrouve sur un voilier pour une balade en mer.  Après une tempête aussi inattendue que violente, le voilier se retrouve perdu au large. Quand un mystérieux navire apparaît, ils pensent être sauvés. En montant à bord, ils découvrent un bateau en apparence désert, où ils n’ont pas l’impression d’être seuls. Peu à peu, la peur s’instille…

A la lecture du résumé et pendant la première demi-heure de film, on pourrait croire à un énième slasher à la Scream, d’où sa classification – à tort – dans les films d’épouvante/horreur. Pourtant, à partir du moment où l’impression de déjà-vu ressentie par le personnage principal, interprété par Melissa George, devient prégnante et que l’histoire prend un tournant surnaturel, on entre dans un autre film. Boucle temporelle infernale ? Héroïne paranoïaque ? Hallucinations ? Au spectateur de découvrir le fin mot d’une histoire au demeurant assez angoissante, qui laisse le champ libre à diverses interprétations. En effet, une fois passé le générique de fin, une foule de questions se presse, les pièces du puzzle s’assemblent – plus ou moins bien – et les thématiques se font jour : culpabilité, rédemption, fatalité, références mythologiques, … Ainsi, Triangle est un petit film, certes un peu répétitif, mais qui propose des idées scénaristiques intéressantes et plus profondes qu’il n’y paraît, dès lors qu’on dépasse le premier niveau de narration. J’ai aimé.

Publicités

Famille d’accueil pour un futur chien-guide : une histoire d’amour

jump-courir

Visez un peu ce beau brun ténébreux : il s’appelle Jump, il a 7 mois et c’est mon coup de cœur du moment. Actuellement en formation à l’école des chiens-guides de Paris, son futur métier, c’est chien-guide d’aveugle : dans quelques temps, il sera prêt à rejoindre sa nouvelle famille pour accompagner une personne déficiente visuelle.

La première phase de la formation d’un chien-guide d’aveugle dure de 9 à 12 mois. Pendant cette période, en attendant de commencer un véritable programme, puis d’intégrer sa famille définitive, ces petits élèves sont placés dès l’âge de 3 mois en famille d’accueil. A cet âge, un chiot a déjà 300 heures de formation ! La famille d’accueil de Jump, c’est mon ami Pascal qui a décidé de son propre chef d’être candidat.

jump-panneau

Etre famille d’accueil pour un futur chien-guide, c’est presque un travail à plein temps. Il ne s’agit pas seulement d’offrir un toit au chien : la famille d’accueil doit également participer activement à son éducation (propreté, obéissance) et à sa socialisation, afin que le chien soit le meilleur compagnon possible pour la personne dont il aura la charge plus tard. Ce qui veut dire ne pas le laisser seul plus de trois heures avant l’âge de 6 mois, participer à des réunions mensuelles à l’école, et surtout l’emmener partout et faire le maximum d’activités avec lui. jump-canard

Alors Pascal emmène Jump avec lui au travail, ils vont courir ensemble au bois de Vincennes, boire des cafés, voir des films au cinéma. Ils prennent également le métro et quand ils se promènent, ils doivent marquer tous les escaliers, les escalators, ainsi que les passages piéton, dans l’optique de la future mission de Jump. Et parce qu’il est totalement investi dans sa tâche, Pascal partage quotidiennement son expérience de famille d’accueil avec ses amis Facebook !

Jump-cinemaTous les deux mois, Jump doit retourner à l’école faire des stages : les éducateurs évaluent ainsi son développement et adaptent son programme en fonction de ses progrès. Pascal et Jump sont de vrais copains, ils s’apportent mutuellement, évoluent ensemble, pour le plus grand bonheur de ceux qui suivent de près ou de loin leur amitié hors normes. Car Jump n’est pas tout à fait un chien comme les autres : hormis son caractère particulièrement sociable et affectueux qui en fait le chien idéal, ce qui le distingue des autres chiens, c’est ce harnais qui indique qu’il est un chien-guide en formation. Dans quelques mois, Jump quittera Pascal pour commencer sa véritable éducation de chien-guide. Un moment poignant, mais avant ça, ils auront partagé tous les deux une expérience unique faite de temps, de patience et d’amour.

Pour découvrir et soutenir l’association : http://www.chiensguidesparis.fr/index.php

ArticlepubliéSobusygirls-rouge

LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

"Je suis un globe aérostatique qui flotte à quelques mètres du sol, dont la nacelle est encore rattachée à la terre par un cordage." Rosa MONTERO

Soif de Joie

Le développement personnel par la psychologie positive

Ça me revient - Christophe Guitton

Souvenirs d'enfance - années 70's

Le Stylo sous la Gorge

Artistica ; Clé de sol ; Qu'avons-nous dans la tête ? ; Les poumons au vert ; "Bon chic, bon genre" ; La mandragore ; Lire abîme les yeux ! ; Divers et variés

Filimages

A quoi servent les images que l'on ne montre pas ?

Mon p'tit nid

Un nid douillet où se réfugier pour échapper à la bêtise humaine...

%d blogueurs aiment cette page :