Le gratin de courgettes aux ravioles

Ces dernières semaines, je me suis fixé un objectif de taille : faire aimer les courgettes à deux petits bretons de ma connaissance qui ne les aiment pas beaucoup. Après avoir testé plusieurs recettes, dont une recette de courgettes farcies à la ricotta et aux lardons qui ne m’avait pas vraiment convaincue, je pense avoir trouvé LA recette qui va tout changer ! Vous m’en direz des nouvelles.

gratin-courgette-ravioles

Photo que j’ai piquée sur un site de cuisine bien connu, parce que j’avais oublié de photographier mon propre plat…

Ingrédients (pour 6/8 personnes) :

  • 8 plaques de ravioles (pour ma part, j’ai pris des ravioles du Dauphiné, dites ravioles de Romans, mais on peut également prendre des ravioles du Royans)
  • 5 courgettes
  • 50 cl de crème liquide
  • Muscade râpée ou en poudre
  • Huile d’olive
  • Gruyère râpé
  • Sel et poivre

Préparation (10 minutes) :

  • Préchauffer le four à 200° (thermostat 6-7)
  • Laver, puis râper les courgettes (avec la râpe la plus grosse) sans les éplucher. On peut également les couper en rondelles.
  • Dans une poêle, faire revenir les courgettes avec de l’huile d’olive, saler et poivrer
  • Sur le fond d’un plat à gratin de taille adaptée, disposer 4 plaques de ravioles
  • Recouvrir les ravioles avec les courgettes râpées
  • Saupoudrer de muscade
  • Verser la crème liquide sur l’ensemble
  • Disposer les 4 plaques de ravioles restantes
  • Recouvrir de gruyère râpé pour faire gratiner
  • Mettre au four pour 30 minutes, à mi-hauteur

Bon appétit !

Publicités

Sherlock – Saison 4 : l’apothéose

affiche-sherlock-saison-4

Après de nombreux mois d’absence sur la Biancat’s Room (construction de nouvelle vie oblige), revoilà son hôtesse sur la blogosphère ! Comme souvent, ce ne sont pas les idées de sujets qui manquaient, mais plutôt les opportunités. En repos forcé cette semaine, j’en ai donc profité pour faire fumer mon abonnement Netflix. Pour commencer, j’ai décidé d’achever les affaires en cours et de me mettre à jour de Sherlock, que j’avais abandonnée à sa troisième saison.

Ce n’est pas nouveau, je suis fan de cette relecture des aventures du célèbre détective de Baker Street. La mise en scène ingénieuse, la modernisation très réussie des histoires de Sir Arthur Conan Doyle et le casting parfait m’ont fait succomber dès la première saison (et pas qu’au charme de Benedict Cumberbatch). 4 saisons plus tard, qu’en est-il ?

Un ton plus personnel

Personnage aussi irritant qu’attachant, Sherlock a énormément évolué depuis les débuts. Même s’il s’auto-qualifie toujours de « sociopathe hautement fonctionnel », son humanité ne fait désormais plus aucun doute. Bien sûr, rares sont les personnes qui peuvent se targuer d’avoir aperçu cet aspect de sa personnalité, pourtant celui-ci n’en est pas moins bien tangible. Côté Watson, la vie semble s’être posée : marié à Mary, John est désormais père de la petite Rosamund.  Mais l’aventure, le danger et les ombres du passé et des vieux ennemis ne rôdent jamais bien loin de Baker Street…

sherlock-watson-baby.jpg

Si les premières saisons s’attachaient principalement aux enquêtes et aux capacités intellectuelles hors normes de Sherlock, force a été de constater que les protagonistes ont été de plus en plus impliqués personnellement dans les intrigues, jouant de leur vie plus d’une fois. Cette saison 4 va encore plus loin sur ce terrain, faisant la part belle aux histoires individuelles des personnages, et reléguant parfois les enquêtes au second plan. Est-ce un bien ? D’aucuns diront que non, pour ma part, j’ai adoré cette évolution. Tragédies, personnages poussés dans leurs ultimes retranchements, choix cornéliens, points de non retour, tout y est dans cette saison, pour le plus grand bonheur émotionnel du spectateur.

Une montée en puissance parfaitement orchestrée

À l’attaque de cette nouvelle fournée, le premier épisode, « Les six Thatcher », démarre de façon presque anecdotique, voire cliché. Qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est que pour mieux mettre en exergue de puissants enjeux dramatiques et livrer un final poignant, qui colorera tout le reste de la saison et ouvrira directement la porte à l’épisode « Le détective affabulant ».

Impeccablement écrit et interprété (la trame de l’histoire m’a d’ailleurs rappelé les meilleurs Columbo !), avec un cliffhanger que je n’avais absolument pas vu venir, ce deuxième épisode est peut-être le meilleur des trois.

sherlock-mycroft-watson

Pourtant, malgré une crédibilité qui laisse parfois à désirer, le troisième et dernier épisode, « Le dernier problème » est celui que j’ai préféré. Basé sur un secret sombre et marquant du passé de Sherlock, il éclaire le personnage d’un jour nouveau, pour en faire un être presque normal, avec ses fêlures et ses blessures enfouies. Au fil de ce dernier épisode puissant et haletant, on y découvre également un Mycroft ébranlé pour la première fois de la série, lui aussi pétri de faiblesses qu’on ne lui connaissait pas, et un Watson à la fois fort et touchant.

La plus belle bromance sériesque

Au terme de 4 saisons de haute volée, on ne m’ôtera pas de l’idée que la « bromance » Sherlock – Watson (merveilleusement incarnée par le duo Benedict Cumberbatch – Martin Freeman, toujours au top niveau) est la meilleure et la plus touchante toutes séries confondues. Si les premières saisons pouvaient donner l’impression de laisser à Watson un rôle de faire-valoir, c’est la complémentarité profonde des deux hommes qui éclate cette fois à l’écran, comme une évidence : Sherlock a besoin de Watson comme Watson a besoin de Sherlock.

sherlock-watson-saison-4

Fortes de ce constat imparable, les dernières scènes du troisième épisode sonnent presque comme une fin de série. La vie continuera à Baker Street, l’aventure sera toujours au rendez-vous, mais serons-nous là pour y assister lors d’une saison 5 qui risquerait d’être poussive ? Rien n’est moins sûr. Si Sherlock devait s’arrêter là, les scénaristes nous auront offert une magistrale et brillante réinterprétation du mythe, pour moi la meilleure à ce jour.

Baker Street Boys Forever.