Jain en concert à Brest !

Ce samedi soir, la chanteuse toulousaine Jain faisait passer sa nouvelle tournée par l’Arena de Brest. Au coeur du show, les morceaux de son album Souldier, sorti en août 2018. De Jain, je ne connaissais que les tubes entendus à la radio : Come, Makeba, Heads Up, de son premier album Zanaka, et plus récemment Alright ou Oh Man, du nouvel opus.

jain-scene.jpg

Sur scène, j’ai découvert tout un univers, mâtiné de pop, d’électro et de musiques du monde, tantôt africaines, tantôt orientales. J’ai également découvert une jeune femme qui n’a pas peur de se produire seule sur scène, sans musiciens.

A partir de musiques pré-enregistrées, Jain fait le show seule. Enfin, seule, pas vraiment. Elle est accompagnée d’une console audionumérique et d’un looper, qui lui permettent de mixer en live sa musique, sa voix et même celle du public. Et le résultat est détonant : certains morceaux comme Star, de l’album Souldier, sonnent comme un samedi soir en club. Ca donne furieusement envie de danser et dans la fosse, on ne s’est pas gênés pour bouger avec une Jain à l’énergie totalement communicative !

Pour faire une pause entre les morceaux endiablés, Jain sait aussi offrir des moments plus intimistes à la guitare, faisant la part belle à sa voix un peu particulière, venant nous cueillir tout en douceur.

Bref, j’ai adoré. Une vraie découverte et un super moment de partage.

Allez, parce que ce morceau est résolutif positif et qu’il donne la pêche, je le partage ! Things gonna be alright if love is around 🙂

 

Publicités

Atelier d’écriture chez Olivia : Escapade bretonne

atelier-ecriture-olivia.jpg

Ô Joie ! Les ateliers d’écriture ont repris en ce début d’année chez Olivia Billington et chez Emilie, qui reprend le flambeau des Plumes d’Asphodèle. C’est donc ravie que j’ai pris le train en marche et que je propose aujourd’hui un texte pour le défi d’Olivia. J’avoue, je n’étais pas très inspirée, mais l’important est de se remettre en selle et de retrouver le goût d’écrire 🙂

Voici les mots récoltés et avec lesquels les participants ont dû composer : poulpelysinsomniefromagesuperfludésolé.ecrustacéémotion

Vous voulez que je vous raconte ? Eh bien, c’était un dimanche. A peine levé, il avait décidé de sortir. Pour ma part, je me serais bien vue passer la journée au lit, juste tous les deux. A l’époque, j’étais la proie de cruelles insomnies – je venais de prendre un nouveau job et je me mettais une pression folle pour assurer – et je me voyais régulièrement arriver en week-end épuisée, avec une seule envie : cocooner. Mais ce jour-là, il semblait que mon avis était superflu : « Désolé mon ange, mais aujourd’hui on va prendre l’air à la mer ! », m’avait-il dit d’un air réjoui.

On a pris la voiture et roulé une heure en direction de Binic-sur-Mer. Arrivés au petit village de pêcheurs, nous nous sommes arrêtés devant un restaurant de crustacés que j’ai immédiatement reconnu, non sans une pointe d’émotion. L’endroit de notre première rencontre : moi serveuse pour payer mes études, lui client dont le regard m’avait fait chavirer à la seconde où il avait croisé le mien. Nous sommes entrés et une table nous attendait, arborant un magnifique bouquet de lys et une jolie vue sur le port. Le patron nous a embrassés, puis installés, avant de nous apporter deux verres de Charme d’Automne accompagnés d’amuse-bouche – de petits poulpes frits au citron dont je raffole -.

Après avoir enchaîné avec une marmite de la mer, dont seul le chef de ce restaurant a le secret, et un généreux plateau de fromage, nous avons terminé par un délicieux tiramisu breton au caramel. C’est vrai que cette petite escapade gourmande était une bonne idée. Il m’a ensuite proposé une petite balade sur le port. Ce mois de mars était particulièrement doux, le soleil timide de la fin d’hiver caressait nos visages et nous étions bien l’un contre l’autre. Soudain, en marchant, j’ai senti quelque chose dans ma poche. Tout en le regardant, j’en ai tiré un objet brillant. Il a souri et m’a demandé : « Tu veux ? ».

9 semaines 1/2 : ancêtre de Fifty shades of Grey ?

Il y a plusieurs mois de ça, je me suis mis en tête de regarder de vieux films que tout le monde connaît, mais que je n’ai jamais vus (mieux vaut tard que jamais, il paraît). Pas forcément du grand cinéma, mais le genre de films dont on me dit « Quoi ?? Tu ne l’as pas vu ? – Eh non. » En vrac, j’ai donc vu récemment, et pour la première fois, des films comme Shining, Dirty Dancing (rhaaa Patrick…), ou Top Gun (qui ne m’avait tellement pas laissé un grand souvenir qu’en fait je suis presque sûre que je l’avais déjà vu). Dans le même ordre d’idée, j’ai donc jeté mon dévolu à la médiathèque sur le DVD de 9 semaines 1/2 d’Adrian Lyne.

affiche-neuf-semaines-et-demi.jpg

Synopsis : Elizabeth, divorcée, travaille à la Spring Street Gallery, une galerie d’art de New York. C’est en faisant ses courses chez un épicier chinois qu’un homme la remarque et provoque chez elle un certain émoi. Ce mystérieux inconnu ne tarde pas à l’aborder et l’invite à déjeuner dans un restaurant italien. (Source : Allociné)

J’avoue, je suis entrée dans le film sans en attendre grand chose, l’esprit neuf. 1h55 plus tard, j’étais totalement emballée par le cocktail acteurs stars / ambiance full 80’s / BO culte. Même si l’histoire ressemble à s’y méprendre celle de Fifty shades of Grey (dont j’ai chroniqué les 160 pages que j’ai réussi à lire ici) avec son héros un peu dérangé et dominateur, la comparaison s’arrête là.

Déjà – et c’est fondamental dans ce genre de films – le couple Kim Basinger / Mickey Rourke fonctionne à merveille, tant dans les scènes de complicité amoureuse que dans les scènes torrides, et on croit à cette histoire d’amour passionnée, charnelle, douloureuse et toxique à la fois. Il faut dire que là où un Jamie Dornan est aussi expressif qu’une bernique sur son rocher, un épisode de l’inspecteur Barnaby (ou toute autre image de votre choix évoquant un ennui profond), le moindre regard de Mickey Rourke – qui joue pourtant à l’économie dans ce film – a le pouvoir d’enflammer la moindre culotte passant dans un rayon d’1 km. Et quand on voit à quoi il ressemble aujourd’hui, ce n’est pas peu dire.

9-semaines-et-demi-kim-mickey.jpg

Quant à Kim Basinger, sublime et au sommet de sa beauté, on lui pardonne aisément le côté parfois un peu nunuche (ou touchant, c’est selon) de son personnage, tant elle dégage une sensualité volcanique. Et côté hot, on en a pour son argent. Le film regorge de scènes érotiques à l’ambiance très réussie, dont certaines sont devenues cultes : Kim seule lorsqu’elle visionne ses diapositives d’oeuvres d’art, Kim et son célèbre strip-tease sur le tube de Joe Cocker, les jeux du couple à base de nourriture et d’yeux bandés, … Le film transpire ainsi tellement la sensualité que le seul aperçu furtif d’un téton de Kim Basinger est cent fois plus évocateur qu’une Dakota Johnson totalement nue recevant la fessée.

Enfin, l’histoire se déroule dans les années 80, et j’adooooore les années 80, avec son lot de coiffures et de tenues improbables, de chansons cultes (on a surtout retenu You can leave your hat on, mais on peut aussi entendre le Slave to love de Brian Ferry sur la BO du film), son ton libéré et décomplexé. Ainsi, là où Fifty Shades est étonnamment puritain malgré son thème, le côté sulfureux et assumé de 9 semaines 1/2 fait un bien fou. Biancat approved.