Comment je me suis dégoûtée de Facebook

Aujourd’hui, c’est un petit billet coup de gueule que j’avais envie d’écrire. Pour parler de mon expérience avec les réseaux sociaux, et surtout pour expliquer pourquoi j’ai ressenti le besoin urgent de m’en passer.

goodbye-facebook

Je le disais dans mon « Qui suis-je ? », je suis accro aux réseaux sociaux, particulièrement à Facebook. Du moins je l’étais jusqu’il y a peu. Inscrite en 2007, j’ai très vite apprécié la possibilité d’être en contact avec la plupart de mes amis, et même avec des personnes que je ne connaissais pas, des amis d’amis (mais peut-on dans ce cas vraiment parler d’amis ?). Je l’ai d’autant plus appréciée que j’ai déménagé plusieurs fois, de Paris vers le sud de la France, du sud vers la Bretagne. A vrai dire, je n’imaginais même plus ma vie sans Facebook. La peur d’être isolée, la peur de perdre le contact, la peur que la vraie vie ne me suffise pas.

Au fil de ces 11 ans de présence, j’ai bien connu des prises de becs sur différents sujets. Il faut dire que j’accumule les défauts : je suis sympathisante végétarienne, altermondialiste sur les bords, croyante et pratiquante de surcroît (je suis hindouiste depuis plusieurs années et pratique quotidiennement une forme de méditation), et même un peu réac quand je dis que les profs d’avant ne faisaient jamais de fautes de français. Je sais, je cherche les ennuis aussi. N’empêche que j’estime que quelles que soient ses convictions, on doit pouvoir s’exprimer, en particulier sur son propre espace. Alors même si j’ai toujours évité soigneusement les conflits en ne postant que du politiquement correct sur ma page, je ne pouvais pas m’empêcher, de temps en temps, de lâcher une publication sachant qu’elle serait mal vue, ou d’aller commenter sur d’autres pages. De me battre en défendant mes points de vue, de me faire insulter parfois, parce que c’est facile par écrans interposés.

Or, plus le temps passait, plus je me sentais mal sur Facebook. Sur ce réseau social, beaucoup prônent leur droit à la différence ou l’originalité par des panneaux bien écrits, mais qui sonnent souvent faux. Pourtant, à l’usage, on se rend vite compte qu’il est de bon ton de s’insurger sur les mêmes choses, de bien fustiger les mêmes personnalités, d’être athée, de manger de la viande ou que sais-je d’autre. Bref, d’être bien dans le rang et bien conforme, au risque de déclencher des levées de bouclier.

panneau-fb

Paradoxalement, malgré ce malaise croissant, je continuais à poster de façon compulsive, et beaucoup de choses insignifiantes au final, pour ne froisser personne. Pire, j’attendais les likes comme une droguée, vérifiant mon téléphone cent fois par jour. Dans ces centaines de posts, j’avais parfois une conversation intéressante, sur un bouquin, un film, une série, un point de vue, mais si peu noyé dans ce bavardage incessant.

Puis un jour, après m’être fait traiter de « bobo macronienne » sur une conversation, j’ai reçu un message privé de Céline, une de mes amies Facebook. Je ne l’ai jamais rencontrée irl, mais je l’apprécie beaucoup et partage un certain nombre de choses avec elle : des points de vue, des choix de vie, des livres ou des films. Dans son message, Céline annonçait qu’elle quittait Facebook parce que fatiguée des jugements, parce que déçue, parce qu’un peu droguée aussi. Et je me suis reconnue dans ses mots, dans ses ressentis et dans son besoin de calme. Du coup, je me suis dit que j’allais faire de même. J’avoue, au début ça m’a fait peur, l’idée de me couper de ce microcosme virtuel, moi au bout du monde dans ma Bretagne. Pourtant j’ai quand même appuyé sur le bouton « Désactiver ». Et j’ai juste gardé mon compte pour pouvoir conserver mes contacts sur messenger.

Ce qui m’a le plus frappée les premiers jours ? Le silence. Je croyais que j’allais être en manque. Au final, c’était une vraie libération de ne pas avoir envie de poster le moindre pan de ma vie, de ne pas me demander ce qui amuserait le plus mon auditoire, quel morceau de musique interpellerait mes amis, ou quelle photo de mes enfants récolterait le plus de likes. Au bout de quelques jours, certains de mes amis proches (dans le coeur mais pas géographiquement, hélas…) ont remarqué mon absence et m’ont contactée, d’aucuns par messenger, d’autres par SMS, en tout cas pas en public. Ca m’a fait retrouver le plaisir de discuter en one-to-one et pas sur un mur.

Bilan de l’expérience ? J’ai réalisé à quel point la dépendance à un réseau social peut avoir un impact dans la vraie vie. Certains jours, après une discussion un peu musclée, je me couchais contrariée, je pensais à des répliques bien senties toute la journée, et je me retrouvais finalement aussi agressive que mes interlocuteurs. Je condamnais cette agressivité en lisant des échanges auquel je ne participais pas, et je me rendais compte que je faisais précisément la même chose, en me berçant même de l’illusion que j’étais bienveillante, que c’était les autres qui ne l’étaient pas.

Ce que j’en conclus, c’est que j’ai des enfants, dont certains qui vont bientôt entrer dans l’adolescence. Si j’ai pu ressentir ce genre de choses en étant adulte, je n’ose imaginer l’effet sur un adulte en devenir, sensible et peu sûr de lui. Et ça m’a invitée à me méfier des réseaux sociaux pour l’avenir, pour eux. Un jour pas si lointain, je leur en parlerai.

Alors voilà comment je me suis dégoûtée de Facebook.

Agences immobilières : gare à la facturation (ultra) abusive du ménage

Même s’il est souvent pratique de passer par elles pour la location d’un bien, on sait que les agences immobilières se font un maximum de gras sur notre dos en facturant au plus cher toutes les prestations possibles et imaginables. Ainsi, aujourd’hui, même la réalisation d’un état des lieux est payante. Et que dire des frais exorbitants de ménage ?

Récemment, un breton de ma connaissance a quitté son appartement de 56 m², géré par une agence immobilière de Brest bien connue, Foncia pour ne pas la citer. Comme tout locataire consciencieux, il avait fait le ménage et l’état de l’appartement était plus que correct, hormis un dégât des eaux ayant abîmé un pan de mur dans la cuisine.

Le jour de l’état des lieux de sortie arrive. Celui-ci est réalisé par une société extérieure. Sur le compte-rendu, il est indiqué que certaines parties de l’appartement n’ont pas été nettoyées, ce qui, au demeurant, ne peut être contesté. Et on ne parle pas d’une couche de crasse de 10 cm. L’état des lieux se termine, et le document final, plutôt objectif, est signé par les deux parties.

Extrait-etat-des-lieux-sortie

Quelques jours plus tard, la facture (la douloureuse ?) arrive et là c’est la douche froide, le coup de bambou, l’effet boeuf. Facturés à l’unité, les frais de ménage atteignent en cumulé la modique somme de… 428.20€ hors taxes (hors frais liés au dégât des eaux), pour une demi-journée de travail au maximum (pour rappel, l’appartement fait 56 m²) ! Aucun devis n’a été produit avant cette facturation salée, et pourtant aucun recours légal n’est possible. En effet, au niveau formel, l’état des lieux de sortie a été signé et donc accepté par le locataire, et une facture, donc un justificatif, a été produit par l’agence. Il ne reste alors au locataire que ses yeux pour pleurer et son portefeuille pour payer.

facture-menage-foncia

Et bien sûr, adieu la caution versée au moment de la signature du bail…

Moralité : comme bien sûr l’agence immobilière ne vous préviendra jamais du risque de perdre votre slip pour payer les frais de ménage de votre appartement au jour de votre départ, autant :

  • faire vous-même le nettoyage du lieu au grain de poussière près
  • anticiper et passer plutôt par un particulier pour la location du bien
  • envoyer votre CV dans une société de ménage parce que moi, à ce tarif-là, je travaille une semaine par mois et je pars au soleil le reste du temps.

Je suis fatiguée (bis)

Peu présente ces derniers temps sur la blogosphère, je voulais néanmoins échanger avec vous aujourd’hui sur un sujet qui me hérisse un peu le poil ces derniers jours. Vous avez très certainement entendu parler récemment de l’enlèvement et du meurtre effroyable de la petite Chloé. Je me mets à la place des parents qui ont vécu ce drame et n’ose imaginer leur ressenti.

Là où je m’insurge, c’est sur la sur-exploitation de l’émotion collective par les médias, sur un sujet qui réclamerait de la pudeur et du respect de la douleur. Je m’insurge contre l’amplification du climat de peur et de terreur, pour nous faire croire que la France est un pays où nous sommes de moins en moins en sécurité. Je m’insurge aussi contre la récupération politique systématique dont ce type d’événements fait l’objet.

Après l’explosion des haines depuis l’épisode Charlie, qui ne sont pas près de se tarir, je suis peut-être moi-même paranoïaque pour y voir encore une fois de la manipulation pure et simple, dans l’optique d’un 2017 qui s’approche lentement mais sûrement. A ce titre, je me demande dans quelle mesure la réaction d’effroi et de repli sur soi du français moyen n’est pas savamment programmée et entretenue pour orienter, l’air de rien, sa couleur politique le moment venu.

Alors oui, j’ai été horrifiée par la mort de Chloé – comment ne pas l’être ? – mais malgré ces incitations répétées, je refuse de vivre dans la peur. Je vais simplement prier pour cette petite âme, renouveler les conseils de prudence que je donnais déjà à mes enfants, et mépriser les médias.

lavage-cerveau-télé

Je suis Charlie ? Fatiguée, surtout.

je-suis-fatigué

Ce matin, j’ai lu un article sur le net qui m’a interpellée : un procès d’intention de l’humoriste Michel Leeb, l’accusant 30 ans après d’avoir écrit des sketchs racistes (souvenez-vous : la mouche et le bourdon, l’Africain, …). Certes, cet humour d’une époque révolue n’était sans doute pas des plus fins, il était même parfois limite, mais le fait que cette polémique arrive précisément en ce moment n’est pas anodin. Cela m’a donné envie d’écrire sur cet après-Charlie qui, curieusement, muselle encore plus la liberté d’expression, au lieu de la débrider. Et puis j’ai lu le texte de Stéphane, un ami de très longue date. Depuis les événements du 7 janvier à Charlie Hebdo, Stéphane a pris la décision de poster chaque jour sur son mur facebook un texte sur des sujets très variés, pour éveiller, faire réfléchir, parler de la vie, pour partager surtout. Je vous livre donc sa réflexion, qui se rapproche de ce que j’aurais pu écrire, en mieux :

« Encore un billet aujourd’hui pour défendre la liberté d’expression. Celui-ci m’a été inspiré par un partage d’une de mes amies à propos de la polémique concernant le pseudo-racisme de Michel Leeb dans ses vieux sketchs. Je crois aujourd’hui que des gens comme Coluche ou Pierre Desproges doivent se retourner dans leur tombe. Autant je combattrai toujours le racisme sous toutes ses formes, autant je suis persuadé que notre société se tire aujourd’hui une balle dans le pied en attaquant et en censurant toute forme d’opinion humoristique. Je ne reviendrai pas sur le cas évident de Charlie Hebdo. Mais je souhaitais mettre en lumière un fait important. L’immense majorité de ces attaques est soigneusement orchestrée par une presse fortement orientée politiquement qui fait son fond de commerce avec la soi-disant défense de la diversité et la lutte contre les discriminations. Il est intéressant de constater que dans un pays où la majorité des médias ont la même orientation politique, personne ne dénonce ce lobbyisme inquiétant.

Oui, on peut faire des plaisanteries sur les origines, les cultures, les religions, d’autant plus pour dénoncer leurs travers. Je suis d’origine belge, et lorsque j’y allais étant jeune, leurs blagues méconnues sur les français me faisaient mourir de rire. Pourquoi donc l’inverse ne pourrait être vraie ? D’ailleurs, il est intéressant de noter que cette même presse réagit beaucoup moins quand il s’agit de dénoncer les positions de certains musiciens issus de leur fond de commerce, c’est-à-dire de ce qu’on appelle de manière très étrange et inquiétante la diversité (toutes les différences se valant, pourquoi donc en valoriser certaines ?). Le meilleur exemple est peut-être le silence de leurs critiques musicaux (ou la complicité ?) face à un texte comme celui-ci : « La France est une garce, n’oublie pas de la baiser jusqu’à l’épuiser, comme une salope il faut la traiter, mec. » (D’un pseudo-rappeur français facile à identifier).

N’y a-t-il pas ici un racisme flagrant à dénoncer, car nulle trace d’humour ou de dérision, mais au contraire une haine de l’autre exprimée et assumée ? Je crois que tous les racismes doivent se dénoncer. Je crois aussi qu’on peut qu’on doit se moquer de tout pour dénoncer. D’ailleurs les premiers à rire sur Facebook des blagues sur les arabes ou les blacks sont les premiers concernés. Gardons de la distance, gardons la tête froide, gardons notre liberté de penser. Et sachons reconnaître quand des accusations de racisme cachent une propagande politique en période électoralement difficile. Aujourd’hui est le jour 87, évitons de nous faire manipuler… »

Charlie, J+8 : urgence de vie

Il y a huit jours à peine, nous étions tous muets d’horreur après le drame Charlie. Que s’est-il passé depuis ? La mort des responsables, un pays qui s’est élevé contre la barbarie et le terrorisme, sous les yeux du monde entier, et une foule de questions pour demain.

rassemblement-charlie-not-afraid

J’ai été touchée par ces élans de solidarité, et par l’émotion bienveillante au cours des rassemblements et des marches qui ont fleuri dans toute la France. Pourtant, quelque chose me chagrine aujourd’hui. Cette levée de boucliers en faveur de la liberté d’expression semble s’être muée en une nuée de réactions finalement très politiquement correctes : la France est un magnifique pays (mais ne l’était-il pas déjà avant ?), les dessinateurs étaient des génies, Charlie Hebdo devient intouchable et ceux qui hier encore le conspuaient s’arrachent le dernier numéro et envisagent même de s’y abonner. Et je ne parle même pas du mercantilisme honteux qui s’est emparé de la toile.

Tandis que je m’apprêtais comme tout le monde à acquérir mon exemplaire, je me suis soudain réveillée. Je me suis souvenue que les unes du journal me choquaient parfois, que je n’étais pas en accord avec sa ligne éditoriale, et qu’avant ce drame, je ne le lisais pas. Je me suis dit que c’était sauvegarder ma liberté d’expression que de continuer à penser cela, et de n’avoir pas plus aujourd’hui qu’hier envie d’acheter et de lire Charlie Hebdo. En prenant un peu de recul sur ce dernier numéro, j’ai eu le sentiment que Charlie était devenu pour beaucoup comme une bouée de sauvetage dans une mer de valeurs en perdition, un idéal un peu factice auquel se raccrocher. J’ai eu la conviction qu’il était capital au contraire de rester qui nous sommes, fidèles à nos convictions, et de ne pas suivre la masse à moins d’en être convaincu pour une excellente raison.

Alors au lieu d’acheter Charlie Hebdo, j’ai décidé de continuer à pleurer le drame humain en souvenir des victimes, et de laisser cette petite bougie sur mon blog en leur honneur, sans me demander si je suis Charlie ou pas. J’ai aussi décidé de ne pas oublier les atrocités perpétrées partout ailleurs dans le monde, et de me mettre, comme le disait très justement un de mes très bons amis, en urgence de vie, pour éradiquer la haine et la peur.

coeur-feu-passion

Charlie, J+1

Hier soir, le choc était trop grand pour exprimer plus que mon entière solidarité, et c’est la boule au ventre que je me suis difficilement endormie. Ce matin, c’est avec l’impression de me réveiller dans un monde différent que j’ai ouvert les yeux : un monde effrayant où les libertés les plus fondamentales peuvent être bafouées de la façon la plus épouvantable qui soit. Mais aussi un monde où une nation entière est capable de se dresser contre la barbarie.

J’ai encore reçu hier soir des messages de bonne année. Si j’avais un seul voeu à faire, ce serait que cet événement abominable soit l’occasion pour nous tous de faire table rase de ce qui divise notre pays depuis des mois, voire des années. Arrêter d’être influencé, arrêter de colporter jusqu’à la nausée des messages propres à attiser les haines. Ces messages devenus presque anodins, qui dressent le « français » contre l’immigré, le chrétien contre le musulman, l’athée contre le croyant, le défenseur de la famille dite traditionnelle contre l’homosexuel, l’actif contre le chômeur, … Arrêter tout ça pour que nous restions libres d’exprimer ce que nous sommes.

La défense de la Liberté passe avant tout par nous, elle est aussi de notre responsabilité individuelle. Alors, le moins que nous puissions faire, c’est de faire honneur à ceux qui sont morts, en nous élevant au-dessus de cette fange, en faisant tomber les barrières et en n’oubliant jamais que nous sommes tous Charlie.

Nous-sommes-Charlie