Et vous, de quelle couleur êtes-vous ?

Comme je l’ai sans doute déjà évoqué, je travaille dans le marketing depuis de nombreuses années, après avoir fait un passage de quelques années par la rédaction web. Aujourd’hui, je suis manager d’une petite équipe de quatre personnes. A ce titre, mon entreprise m’a intégrée en 2018 dans un parcours de formation managériale étalé sur un an environ, qu’on appelle entre nous la Star Academy du management 🙂

Vaste programme, me direz-vous ! En effet, des sujets il y en a une multitude à traiter, du Droit social à la Qualité de Vie au Travail, en passant par la Mixité ou le Handicap. Mais outre ces modules de base traités en e-learning ou par des formations « maison », ce sont surtout les aspects développement professionnel (ou personnel, je ne sais plus trop finalement…), animés par un cabinet extérieur (Edifia pour ne pas le nommer) que j’ai trouvés passionnants.

La première session de formation m’a donc vue arriver en novembre dans un manoir breton pour un séminaire de trois jours en vase clos, avec neuf personnes d’autres filiales dont je ne connaissais pas la plupart. Pendant trois jours, la formatrice a abordé nombre de concepts et d’outils managériaux, de l’ice breaker (ou comment briser la glace au début d’une animation de groupe) à la méthode d’entretien DESC (qui fonctionne aussi avec les enfants ^^). Mais ce qui a surtout retenu mon attention, c’est la méthode Arc-en-Ciel. Créée par et pour le monde professionnel, cette méthode a pour vocation d’être appliquée dans de nombreux domaines : management, vente, coaching, cohésion d’équipe, etc. Son objectif ? Mieux se comprendre pour mieux communiquer. Mieux se comprendre soi-même, mais aussi mieux comprendre les autres.

understand.gif

Ainsi, la méthode Arc-en-Ciel s’inspire à la fois des types psychologiques de Jung, de l’approche DISC de Marston, et des travaux de Spranger sur les sources de la motivation. Son principe ? A partir d’un questionnaire simple où il suffit principalement de sélectionner les adjectifs qui nous parlent le plus dans une liste, la méthode dégage un profil, lui-même associé à une couleur (d’où l’Arc-en-Ciel).

Il existe donc 4 couleurs de profil principales, qui correspondent à des types comportementaux (on ne parle pas là de compétences, ni de traits de caractères immuables). Et les couleurs peuvent évidemment se combiner entre elles, car nous sommes uns et multiples à la fois, n’est-ce pas ? 😉

profils_couleurs_arcencielroue-couleurs-arcenciel

Dans le cadre de cette formation managériale, deux profils ont été définis pour nous : un profil dit naturel, celui ou celle que nous sommes sans contrainte, et un profil dit adapté, celui ou celle que nous sommes en environnement professionnel. Ainsi, en milieu naturel, je suis jaune ascendant vert, et au boulot, je suis principalement jaune, sans doute pour masquer ma sensibilité verte, trop explosive avec l’émotivité du jaune !

Evidemment, comme tout bon outil professionnel qui se respecte, le questionnaire est payant. Néanmoins, vous pouvez trouver un test plus court et gratuit (mais qui marche bien car j’y ai retrouvé mes couleurs) ici, dans cet article très intéressant sur le même sujet. Le plus drôle est bien sûr de se rendre compte que le comportement correspondant à notre profil est pertinent tant dans la vie professionnelle que dans la vie personnelle ! Car en fin de compte, nous ne sommes qu’une seule et même personne. Depuis, je me sers donc de ce petit questionnaire pour colorer tout mon entourage, au bureau et à la maison. Cela me donne des clés de compréhension et de nouveaux angles de communication, tout en mettant en valeur à mes yeux les différences et les atouts de chacun.

… Et vous, de quelle couleur êtes-vous ?

Always #CommeUneFille : stop aux préjugés

Après moult péripéties professionnelles entre 2011 et 2016, je suis depuis 2 ans responsable d’une petite équipe marketing au sein d’une société de crédit à la consommation (personne n’est parfait ^^). A ce titre, j’ai participé aujourd’hui à une journée d’animation dédiée aux managers de l’entreprise.

Parmi les thèmes abordés : la mixité et les préjugés. Je partage donc avec vous cette très jolie vidéo qui nous a été présentée, réalisée par la marque Always. Oui, on peut faire des tas de choses géniales… comme une fille.

Changer d’angle de vue

10931133_1043701345645880_7733120875107372993_n

De temps en temps, je me laisse toucher par les phrases qui fleurissent (pullulent ?) sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, c’est celle-ci qui m’a interpellée. Pour peu qu’on soit sensible aux problématiques écologiques, on se demande souvent avec inquiétude quel futur nous préparons à nos enfants. En revanche, la question inverse se pose plus rarement.

Nos prises de conscience et nos actions actuelles – même à notre modeste niveau – sont essentielles. Mais s’il en est une qui surpasse les autres, c’est la façon dont nous éduquons nos enfants, les valeurs que nous transmettons aux générations futures. Ils ne pourront pas faire mieux que nous si nous ne les éduquons pas dans un esprit différent, or ils devront nécessairement être différents de nous. En tant que parent, voilà à mes yeux une immense responsabilité et le défi ultime pour demain.

Pour aller plus loin sur le sujet, Mia M du blog L’empreinte de mes mots (merci Mia !) m’a parlé d’un documentaire très intéressant. Réalisé par la franco-québécoise Anne Barth, il présente l’enseignement et les valeurs de l’école élémentaire du Colibri, dirigée par Isabelle Peloux et située aux Amanins, domaine agro-écologique créé par Pierre Rabhi et Michel Valentin. Une autre éducation et un autre regard, pour un autre futur.

Pour en savoir plus : http://quelsenfants.lesamanins.com/

Charlie, J+8 : urgence de vie

Il y a huit jours à peine, nous étions tous muets d’horreur après le drame Charlie. Que s’est-il passé depuis ? La mort des responsables, un pays qui s’est élevé contre la barbarie et le terrorisme, sous les yeux du monde entier, et une foule de questions pour demain.

rassemblement-charlie-not-afraid

J’ai été touchée par ces élans de solidarité, et par l’émotion bienveillante au cours des rassemblements et des marches qui ont fleuri dans toute la France. Pourtant, quelque chose me chagrine aujourd’hui. Cette levée de boucliers en faveur de la liberté d’expression semble s’être muée en une nuée de réactions finalement très politiquement correctes : la France est un magnifique pays (mais ne l’était-il pas déjà avant ?), les dessinateurs étaient des génies, Charlie Hebdo devient intouchable et ceux qui hier encore le conspuaient s’arrachent le dernier numéro et envisagent même de s’y abonner. Et je ne parle même pas du mercantilisme honteux qui s’est emparé de la toile.

Tandis que je m’apprêtais comme tout le monde à acquérir mon exemplaire, je me suis soudain réveillée. Je me suis souvenue que les unes du journal me choquaient parfois, que je n’étais pas en accord avec sa ligne éditoriale, et qu’avant ce drame, je ne le lisais pas. Je me suis dit que c’était sauvegarder ma liberté d’expression que de continuer à penser cela, et de n’avoir pas plus aujourd’hui qu’hier envie d’acheter et de lire Charlie Hebdo. En prenant un peu de recul sur ce dernier numéro, j’ai eu le sentiment que Charlie était devenu pour beaucoup comme une bouée de sauvetage dans une mer de valeurs en perdition, un idéal un peu factice auquel se raccrocher. J’ai eu la conviction qu’il était capital au contraire de rester qui nous sommes, fidèles à nos convictions, et de ne pas suivre la masse à moins d’en être convaincu pour une excellente raison.

Alors au lieu d’acheter Charlie Hebdo, j’ai décidé de continuer à pleurer le drame humain en souvenir des victimes, et de laisser cette petite bougie sur mon blog en leur honneur, sans me demander si je suis Charlie ou pas. J’ai aussi décidé de ne pas oublier les atrocités perpétrées partout ailleurs dans le monde, et de me mettre, comme le disait très justement un de mes très bons amis, en urgence de vie, pour éradiquer la haine et la peur.

coeur-feu-passion

‘En Quête de Sens’ : le film arrive dans les salles le 28 janvier

en-quete-de-sens

Libertés bafouées dans le sang, peuple qui réclame le retour de la peine de mort, jeunes qui partent faire le djihad parce que nos sociétés n’offrent plus d’élan et d’espoir suffisant… L’époque est sombre. Ainsi, peut-être est-il temps que l’humanité retrouve son essence, et du sens. Quel meilleur moment pour parler de la sortie du film En Quête de Sens, auquel j’avais consacré un billet il y a quelques mois ?

Pour rappel, les deux réalisateurs Marc de la Ménardière et Nathanael Coste, étaient partis pour une sorte de voyage initiatique, à la rencontre de différentes personnalités d’horizons divers (philosophes, scientifiques, chamanes, activistes, …) qui incarnent le monde de demain. Autant de points de vue qui se rejoignent à l’unisson sur la nécessité du retour à l’essentiel : vivre en accord avec la planète et avec nous-mêmes, dans le respect et la tolérance.

Ce projet indépendant, mené à bout de bras par les réalisateurs, monté grâce à un financement participatif et auto-distribué, va finalement prendre le chemin des salles obscures à partir du 28 janvier 2015. Un DVD pourra également être commandé sur le site.

Par les temps qui courent, les messages d’espoir pour le futur ne peuvent que nous faire avancer, alors préférons regarder vers la lumière que vers les ténèbres.

Pour connaître le calendrier et les lieux de projection, en France et en Belgique, cliquez ici.
Pour aller voir la page facebook : cliquez ici.

La bande annonce :

Charlie, J+1

Hier soir, le choc était trop grand pour exprimer plus que mon entière solidarité, et c’est la boule au ventre que je me suis difficilement endormie. Ce matin, c’est avec l’impression de me réveiller dans un monde différent que j’ai ouvert les yeux : un monde effrayant où les libertés les plus fondamentales peuvent être bafouées de la façon la plus épouvantable qui soit. Mais aussi un monde où une nation entière est capable de se dresser contre la barbarie.

J’ai encore reçu hier soir des messages de bonne année. Si j’avais un seul voeu à faire, ce serait que cet événement abominable soit l’occasion pour nous tous de faire table rase de ce qui divise notre pays depuis des mois, voire des années. Arrêter d’être influencé, arrêter de colporter jusqu’à la nausée des messages propres à attiser les haines. Ces messages devenus presque anodins, qui dressent le « français » contre l’immigré, le chrétien contre le musulman, l’athée contre le croyant, le défenseur de la famille dite traditionnelle contre l’homosexuel, l’actif contre le chômeur, … Arrêter tout ça pour que nous restions libres d’exprimer ce que nous sommes.

La défense de la Liberté passe avant tout par nous, elle est aussi de notre responsabilité individuelle. Alors, le moins que nous puissions faire, c’est de faire honneur à ceux qui sont morts, en nous élevant au-dessus de cette fange, en faisant tomber les barrières et en n’oubliant jamais que nous sommes tous Charlie.

Nous-sommes-Charlie