Atelier d’écriture chez Asphodèle : quand la lumière s’éteint…

plumes asphodeleC’est un air printanier que nous souffle la collecte de la semaine chez Asphodèle, dont voici le résultat : douceur, printemps, déserter, sommeil, chaleur, renaissance, air, bernard-l’hermite, édredon, paresse, plume, aile, volupté, insouciance, liberté, vaporeux, virevolter, cigogne, nuisette, ubac, univers, urgence.

Et voici ma proposition :

« Au téléphone, ma mère m’avait dit qu’il n’y avait pas d’urgence, qu’on pouvait arriver tranquillement vers midi, mais on a fini par être en retard, comme d’habitude. A peine descendues de la voiture, les filles se précipitent dans le jardin en hurlant à tous les vents leur liberté retrouvée. Je passe le petit portail vert dans leur sillage et c’est là que j’aperçois mon père : il paresse dans une chaise longue, enfoncé dans un édredon de plumes tout blanc. De loin, on croirait qu’il savoure la douceur du printemps et la chaleur des premiers soleils. Tout est si calme, rien n’a l’air d’avoir vraiment changé. C’est drôle comme le printemps souffle invariablement chaque année sa brise de volupté et d’insouciance. Une inlassable et toujours optimiste renaissance.

cigogneLes filles se sont approchées de leur grand-père et leurs rires l’ont sorti de son demi-sommeil. Elles virevoltent toutes les deux autour de lui, tout en faisant des zigzags entre le nain de jardin et la cigogne imperturbable. Alors qu’elles jouent bruyamment à cache-cache entre les nuisettes de leur mamie qui sèchent sur la corde à linge, je me penche pour embrasser mon père. Il tourne la tête vers moi et je suis frappée par son regard, jadis si perçant, aujourd’hui vaporeux. Au début, on nous a dit que c’était la maladie de Parkinson. Il tremblait beaucoup, ça n’a pas vraiment été une surprise. Le problème, c’est que ce genre d’invité n’arrive jamais seul. On l’a réalisé quand sa raison a commencé à déserter et qu’il s’est mis à dériver de l’adret vers l’ubac de son esprit.

  • Papy, tu veux qu’on te chante la chanson du bernard-l’hermite qui voulait avoir des ailes ?

Il sourit. Seules ses petites-filles semblent encore l’atteindre. Dans leur univers, la maladie n’est qu’un autre aspect de la réalité et ça ne les dérange pas que Papy ne soit plus tout à fait comme avant. Après tout, il est toujours là pour écouter leurs chansons. »

Publicités

Une photo, un texte

En faisant du rangement dans mon ordinateur, j’ai retrouvé ce petit texte écrit à la base pour le boulot. Objectif : écrire un texte court à partir d’une photo. Plutôt que de le laisser dormir dans un coin, je partage…

« Il est surprenant de voir comme l’éternité peut parfois cohabiter avec le temps qui passe. La mer, en s’éloignant peu à peu, a laissé à l’abandon sur ses berges désertiques et caillouteuses les cadavres des bateaux qu’elle faisait jadis voguer, fardeaux désormais trop lourds à porter. Couchés sur le flanc, minutieusement dévorés par la rouille, ils attendent on ne sait quel sauvetage dans leurs couleurs délavées, avec la patience et l’espoir irrationnel des moribonds. Au loin, les montagnes les scrutent dédaigneusement du haut de leurs cimes enneigées, indifférentes à leur lente et douloureuse agonie. Peut-il en être autrement, alors que les saisons n’ont de prise sur ces géantes que par le costume qu’elles déposent sur leurs épaules impassibles ? Dans ce paysage mutique et pourtant superbe, seules les nuances bleues du ciel et de la mer témoignent de la vie. Se reflétant l’une dans l’autre, leur dialogue silencieux oscille entre l’instant et l’infinité du temps. »