Demain – Guillaume Musso

demain mussoLes livres de Guillaume Musso, c’est un peu mon petit plaisir coupable (un peu comme quand je regarde les Feux de l’Amour quand je vais chez ma mère). Ces dernières années, j’en ai lu un, puis deux, puis trois, puis beaucoup. Une chose est sûre : le Guillaume a un talent indéniable de page turner, et son dernier opus, Demain, ne fait pas exception à la règle.

Demain, c’est l’histoire d’Emma et Matthew. Emma est sommelière dans un grand restaurant de New York, l’Imperator (dont l’ancien patron, au passage, n’est autre que Jonathan Lempereur, le héros de L’Appel de L’Ange, précédent livre de Musso). Matthew est professeur de philosophie à Boston, et veuf. Après avoir perdu sa femme dans un accident de voiture un an auparavant, il se retrouve seul à élever sa petite fille de quatre ans. Emma et Matthew se rencontrent grâce à Internet et une idylle se noue rapidement entre eux. Ils décident de se rencontrer dans un petit restaurant de New York et sont tous les deux à l’heure au rendez-vous. Pourtant, ils ne dîneront pas ensemble ce soir-là.

A la lecture du résumé, pas de doute, on est dans un Musso pur jus :

  • Une romance
  • Un soupçon de fantastique (qui parfois s’explique rationnellement, parfois non, à vous de découvrir le pot aux roses dans celui-ci)
  • Un cadre américain

Rien de nouveau sous le soleil, Musso applique dans Demain une recette qui marche toujours : une intrigue qui happe dès les premières pages, des rebondissements haletants, une écriture simple, très cinématographique (qui d’ailleurs s’améliore avec le temps), des références ancrées dans la culture moderne. Certes, la recette n’évite pas toujours certains clichés (le prof de philo qui fait craquer toutes ses élèves, bon). De plus, les personnages principaux se ressemblent furieusement d’un livre à l’autre et sont parfois caricaturaux ou grossièrement croqués. Ainsi, le personnage de la petite fille de Matthew n’est par exemple absolument pas crédible (je vous mets au défi de trouver une petite fille de quatre ans qui réclame Game of Thrones à la télé…) et certaines réactions d’Emma et Matthew laissent parfois pantois. Cependant, la construction de l’histoire est comme souvent très astucieuse et le plaisir de lecture est bien là.

Musso garde donc les mêmes ingrédients, mais là où il surprend, c’est dans la dimension ‘thriller’ qu’il imprime désormais à ses histoires. Je l’avais beaucoup appréciée dans L’appel de L’Ange, un peu moins dans Demain. Même si elle rythme incontestablement le livre, je suis cependant restée sur ma faim sur la partie romance, qui reste superficielle et peu attachante (pour ma part, je n’ai vraiment pas accroché au personnage d’Emma).

On pourrait dire que Demain se résume finalement à l’association d’une histoire d’amour pas très touchante et d’un thriller correct, loin malgré tout des maîtres du genre. Pourtant, l’ensemble fonctionne et une fois qu’on a commencé, on lit Musso comme on regarde un film et on ne peut plus le lâcher avant la dernière page. Alors est-ce que je me plongerai dans Central Park, dernier né en date ? Certainement.

 

Publicités

Mes lectures de l’été

livres étéHop, je viens de terminer La Tempête de René Barjavel, qui traînait dans ma bibliothèque depuis très longtemps. Livre très agréable, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu Barjavel et c’était bon de retrouver ses thèmes (toujours terriblement d’actualité hélas…) et son style.

Entre temps, j’ai reçu ma commande Fnac.com pour l’été parce que les vacances, c’est bientôt !

Cet été, je suis en mode bis repetita, à savoir que je n’ai choisi que des auteurs que j’ai déjà lus et appréciés, il n’est pas question de prendre des risques inconsidérés pour la plage ! Voici donc ma sélection transat 2013 :

Les Heures lointaines de Kate Morton

le jardin des secrets - Kate MortonDu même auteur, j’ai lu il y a quelques mois Le Jardin des Secrets que j’ai vraiment beaucoup aimé. L’histoire d’une petite fille de 4 ans, Nell, débarquée toute seule d’un bateau en Australie, avec pour seul bagage une petite valise blanche. Arrivée à l’âge adulte, dans les années 70,  Nell va partir à la recherche de ses origines. De nos jours, sa petite-fille, Cassandra, hérite de sa grand-mère un cottage en Angleterre, et va reprendre l’enquête laissée en suspens. Au coeur de l’intrigue, un livre de contes écrit par une certaine Eliza Makepeace, dont l’histoire, au début du siècle, constitue la troisième voix de ce roman choral. Un très beau roman comme je les aime : passionnant, mystérieux, gothique avec son lot de manoirs anglais, de jardins secrets, de labyrinthes cachés, de secrets de famille inavouables, et de fantômes.

Avec Les Heures lointaines, Kate Morton semble reprendre les mêmes ingrédients, j’attends donc avec impatience de déterrer encore de vieux secrets enfouis sous de vieilles pierres  : « Tout commence par une lettre égarée pendant près d’un demi-siècle et qui ne parviendra que bien des années plus tard à sa destinataire… Lorsqu’elle reçoit un courrier en provenance du Kent qui aurait dû lui arriver cinquante ans auparavant, Meredith Burchill révèle à sa fille Edie un épisode de sa vie qu’elle avait gardé secret jusqu’alors. En septembre 1939, comme beaucoup d’autres enfants, Meredith avait été évacuée de Londres et mise à l’abri à la campagne. Recueillie par des aristocrates du Kent dans le château de Milderhurst, elle était devenue l’amie de l’excentrique et talentueuse Juniper, la cadette de la famille. Pourquoi Meredith a-t-elle dissimulé son passé à sa propre fille ? Et pourquoi n’est-elle pas restée en contact avec Juniper, devenue folle après avoir été abandonnée par son fiancé ? Afin de reconstituer le puzzle de son histoire familiale, Edie se rend au château de Milderhurst dont les vieilles pierres cachent plus d’un secret. » (source : Amazon.fr)

L’Appel de l’ange de Guillaume Musso

Guillaume Musso c’est un peu mon petit plaisir coupable, comme quand je me surprends à regarder un épisode des Feux de l’Amour quand je suis en congé maternité.

livres guillaume musso

J’ai lu beaucoup de ses romans et pourtant, à part peut-être pour un ou deux, je suis incapable de dire ce que raconte chacun – il faut dire que les titres Seras-tu là ?, Parce que je t’aime, ou encore Je reviens te chercher… ne sont pas des modèles de créativité – . Mieux, quand j’en relis le résumé, je ne me souviens même plus du fin mot de l’histoire. De la littérature vite lue, vite consommée, vite appréciée, vite oubliée, et pourtant j’y reviens quand même parce que l’été c’est sympa.

La Parole perdue de Violette Cabesos et Frédéric Lenoir

la promesse de l'ange Ce livre est plus ou moins la suite de La Promesse de l’Ange que j’ai lu il y a des années. Dans la vague des nombreux thrillers ésotérico-historiques sortis dans la foulée du Da Vinci Code, j’avais à l’époque beaucoup aimé celui-ci. Une histoire très prenante et au final très émouvante. Deux histoires, une qui se déroule de nos jours et une autre mille ans plus tôt, au Moyen Age. Les deux intrigues finissent par se rejoindre, avec au coeur de l’énigme le Mont Saint-Michel, et les secrets des bâtisseurs de cathédrales.

La Parole perdue reprend plus ou moins la même recette : on retrouve Johanna, l’archéologue héroïne de La Promesse de l’Ange, la basilique de Vézelay remplaçant le Mont Saint-Michel et l’époque romaine et Pompéi remplaçant le Moyen Age. Cet été, c’est officiel je reste en mode vieilles pierres.

Petit aparté : de Frédéric Lenoir – philosophe et historien des religions -, je ne saurais que conseiller la lecture du roman L’Ame du monde, qu’un ami m’a prêté il y quelques temps. Un petit conte initiatique qui, à partir de l’essence de différentes spiritualités, en extrait les clés de la sagesse universelle. Des mots qu’il est presque urgent de lire de nos jours…

l'ame du monde

Et vous ? Quelles vacances littéraires avez-vous prévues cet été ?