Le Tequi’s Award du meilleur acteur de série est décerné à…

Je me sens d’humeur taguesque en ce moment ! Alors aujourd’hui, je me lance dans un top que j’avais repéré il y a quelques temps chez ma petite Kim de By Kimysmile, chez qui je traîne souvent 🙂

Le principe des Tequi’s Awards est simple : il s’agit de remettre nous-mêmes un Award aux acteurs de séries qu’on apprécie, ou qui nous ont scotché par leur performance. Ayant profité de la trêve hivernale aux US, j’ai eu l’occasion de faire de belles découvertes de séries (auxquelles je consacrerai certainement un billet)… et d’acteurs bluffants ! Voici donc ma sélection du moment :

Tatiana Maslany

orphan-black-clones-tatiana-maslany

Je lui décerne mon Award pour… Orphan Black. Dans cette série de science-fiction addictive et haletante, dont le scénario tourne autour du thème du clonage, la belle Tatiana joue pas moins de 8 rôles différents (pour le moment) ! Avec tellement de talent qu’on en oublie totalement qu’il s’agit d’une seule et même actrice. Maquillages, vêtements et coiffures différentes, mais aussi accents et attitudes, Tatiana tient à merveille tous ses personnages et nous donne le vertige. A se demander si en réalité, elle ne joue pas tous les rôles de la série sans que l’on s’en soit aperçus !

gif-animé-tatiana-maslany

 

Cillian Murphy

Cillian-murphy-peaky-blinders

Je lui décerne mon Award pour… Peaky Blinders. Parlons d’abord de la série : elle est somptueuse. Plans d’une beauté à couper le souffle, scénario parfaitement écrit, bande son exceptionnelle qui convoque Nick Cave ou les White Stripes, et puis Cillian Murphy. En tant qu’amatrice de cinéma fantastique, j’avais déjà aimé sa présence magnétique et son regard bleu troublant, parfois inquiétant, dans la trilogie Batman, Inception, Time out ou 28 jours plus tard, … Dans Peaky Blinders, il délaisse le futur pour l’Angleterre des années 20, dans une performance magistrale et toute en nuances. Du grand art.

cillian-murphy- gif-animé

 

Benedict Cumberbatch

benedict-cumberbatch-sherlock

Je lui décerne mon Award pour… Sherlock. Je me suis déjà étendue sur mon amour pour la série Sherlock dans ce billet. Si elle atteint une qualité aussi remarquable, c’est en grande partie grâce au jeu d’acteur de Benedict Cumberbatch. D’une classe toute britannique, il apporte envergure, charisme et charme au personnage plus que rebattu de Sherlock Holmes. Et un flow étonnant que bien des acteurs doivent lui envier ! Benedict dans ce top 5 ? Elémentaire, mon cher Watson 😉

gif-animé-sherlock

 

Jessica Lange

American-Horror-Story-Jessica-Lange-Asylum

Je lui décerne mon Award pour… American Horror Story. Avant d’entamer cette série, je me souvenais d’une Jessica Lange tendre et romantique, en coloc de Tootsie ou en fiancée de King Kong. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les réalisateurs d’American Horror Story ont su prendre la douce à contre-pied pour mettre au jour une nouvelle Jessica Lange. Toujours surprenante, elle livre des performances de haut vol sur toutes les saisons de la série, avec une mention spéciale à la saison 2 Asylum. Dans le rôle de Soeur Jude, elle joue sur toutes les palettes, réussissant le pari d’être odieuse et effrayante, tout en arrivant à nous cueillir dans l’émotion au détour d’une scène. Chapeau bas.

gif-animé-jessica-lange-asylum

 

Jim Parsons 

jim-parsons-the-big-bang-theory

Je lui décerne mon Award pour… The Big Bang Theory. Une série de geek qui parle de Star Trek, du Seigneur des Anneaux et de super-héros devait fatalement finir dans la liste de mes shows préférés ! Son personnage principal, le scientifique sociopathe Sheldon Cooper, a un incroyable potentiel comique, totalement sublimé par le talent un peu barré de Jim Parsons. Même après 8 saisons, ses dingueries me font toujours hurler de rire. The Big Bang Theory, c’est le genre de série-doudou dont je serai triste de voir la fin arriver. Mais en attendant… BAZINGA !

gif-anime-bazinga

 

Sheldon-Cooper-GIF

 

Et vous, à qui décerneriez-vous vos Tequi’s Awards ?

Publicités

J’ai survécu à 2 saisons d’American Horror Story

american-horror-story En tant que fan de fantastique-qui-fait-peur-mais -pas-trop, je ne pouvais pas passer à côté du phénomène American Horror Story. J’ai donc visionné la première saison il y a quelques mois et fini la deuxième hier. Conclusion : une semi-déception pour la première et… une claque pour la deuxième.

La première saison, histoire de maison hantée qu’on m’avait vendue comme novatrice, prenante, originale… et autres superlatifs, s’est en fait révélée plutôt plate et sans relief (alors que pourtant tout commençait bien, par un générique très réussi et tétanisant), la faute à un scénario trop mince pour tenir la route sur 13 épisodes, et qui finissait donc par rendre les armes de ses enjeux dramatiques à mi-parcours. La faute aussi à un casting trop inégal : d’un côté un trio de haut vol Jessica Lange / Frances Conroy / Evan Peters face à un trio Dylan McDermott / Connie Britton / Taissa Farmiga plutôt terne, qui nous désintéressait finalement du sort de cette famille qui est pourtant bien malmenée dans cette ‘Murder House’. Enfin, j’ai crié au scandale pour la sous-exploitation de certains acteurs, comme Zachary Quinto (excellent Sylar de Heroes) dans un rôle à la limite du ridicule.

Dans les motifs de déception aussi, cette utilisation jouissive au départ mais rapidement agaçante de multiples références au cinéma d’épouvante des années 70/80, donnant  l’impression à plusieurs reprises d’assister à un déjà-vu d’un mélange de Rosemary’s Baby / La Malédiction / Le sous-sol de la peur / Amityville et j’en passe, le tout orchestré avec finalement trop peu de subtilité. Sans compter une reprise note pour note du thème principal du ‘Dracula’ de Coppola dans certaines scènes.

Bref, arrivée à la fin de cette saison, je n’étais pas très emballée à l’idée d’une deuxième qui s’annonçait encore comme un catalogue de diverses perversions sans véritable enjeu, dans un asile psychiatrique de surcroît. Puis devant les critiques dithyrambiques, j’ai plongé quand même, et là la plongée fut abyssale. Dans Asylum, on reprend tout à zéro, histoire, lieu, personnages, seuls les acteurs sont en partie les mêmes. Et quels acteurs : là où le casting de la saison 1 pêchait, celui d’Asylum est un sans faute. On retrouve une Jessica Lange, personnage central de la série cette fois, encore plus impressionnante que dans la saison 1 (qui eût cru que la coloc de Tootsie avait ça dans le ventre ?), un Zachary Quinto dans un rôle enfin à sa mesure, une excellente Lily Rabe au double visage, une Sarah Paulson convaincante qui porte à elle seule une bonne partie de l’intrigue et un Evan Peters très touchant. Dans les nouveaux venus, un James Cromwell inquiétant à souhait (à des années lumière, si je puis dire, de son rôle de scientifique déjanté et alcoolique dans ‘Star Trek : premier contact’ ; l’ayant revu hier soir, le contraste est saisissant 🙂 ) et des seconds rôles de premier choix : Joseph Fiennes (de la regrettée série FlashForward), Chloë Sevigny, Franka Potente ou encore Clea Duvall (de la série-ovni Carnivale, entre autres).

AHS

Certes, Asylum est un fourre-tout de thèmes comme l’était Murder House mais on sait désormais que c’est la marque de fabrique de la série : un endroit qui se révèle être une sorte de vortex, un catalyseur de drames terr(horr)ibles, un attracteur d’étrangetés. Une fois ce postulat posé, on passe vite outre le côté ‘too much’ qui voit se croiser un serial killer, un docteur fou d’expérimentations douteuses, des extra-terrrestres (oui quand même…), des monstres, et le Diable en personne … car là où la saison 1 se montrait paresseuse en présentant juste un catalogue d’événements, ici tous les éléments s’imbriquent comme dans un Conte de la Crypte de longue durée, avec une intensité dramatique qui ne faiblit pas tout au long des 13 épisodes, pour dresser un tableau certes effrayant mais fascinant. A travers l’histoire de chaque personnage, la série explore toutes les facettes du Mal, de ses multiples origines, de la culpabilité, et d’une certaine recherche de la rédemption dont les voies sont elles aussi multiples, quand il est encore possible de la trouver.

Cependant, il serait limitant de classer AHS Asylum dans la catégorie Série-qui-fait-peur-mais-que-peur parce que celle-ci réserve, en plus d’une tension presque omniprésente, de véritables moments d’émotion, servis par des personnages d’une grande profondeur et un jeu d’acteurs au cordeau, voire de poésie et d’onirisme, notamment lors des apparitions de Frances Conroy en Ange de la mort.

Si vous n’avez pas encore découvert la série, je vous conseille de faire l’impasse sur la saison 1 et d’attaquer directement Asylum. Assurez-vous bien de votre santé mentale avant le plongeon, et pour ma part je vais faire une cure de ‘How I met your mother’ pour m’en remettre 🙂