Et cette reprise du sport, ça donne quoi ?

Il y a un peu plus d’un an, je faisais le constat (un peu désagréable) que j’avais pris du poids depuis mon arrivée en Bretagne et qu’outre un petit régime, j’avais surtout besoin de reprendre le chemin des salles de sport.

roll-up-sleeves.gif

Retroussage de manches : j’ai donc couplé rééquilibrage alimentaire (un peu de chrono-nutrition, ça ne fait jamais de mal…) et inscription à la salle de fitness du centre-ville, qui proposait une de mes disciplines préférées, la Zumba. J’avais ainsi pour l’occasion découvert de nouvelles disciplines comme le CX Worx (autrement dit les abdos fessiers 2.0).

Et le bilan de tout ça ? Pour ce qui est du régime, j’ai perdu quelques kilos… que j’ai repris. Définitivement, la phrase que j’entendais souvent « Toi, tu peux manger n’importe quoi, tu ne grossis pas », c’est terminé pour moi. Il faut croire qu’on ne gère pas son poids à 40 ans comme à 20. Pour autant, je n’avais pas envie de me laisser abattre. Oui, j’ai quelques kilos en trop dont je n’arrive pas à me débarrasser, mais qu’à cela ne tienne, faute d’avoir la taille mannequin, j’avais au moins envie d’avoir un corps tonique. Sus à la fesse molle et la cuisse flottante !

slack_ass.gif

Pour ça, il faut de la régularité et se bouger toutes les semaines. Contre toute attente, j’ai rapidement retrouvé le mojo du sport et c’est tant mieux, car il est plus facile de se dépenser parce qu’on en a envie et pas parce qu’on y est forcée. Du coup, malgré mon cours de Zumba qui a été supprimé quelques mois après mon inscription (ce qui m’a beaucoup fait râler), une petite routine s’est tranquillement installée. J’essaie donc de caler un ou deux cours de CX Worx dans la semaine, ainsi que deux séances de ce qui est devenu mon cours préféré : le Sh’bam.

Sh’bam ? Késako ? Le Sh’bam, c’est le cours de danse qui claque à pas cher. Je m’explique. Cette discipline au nom un peu bizarre (je ne sais toujours pas si on doit dire Shbam ou Shé-bam) est un ensemble d’une dizaine de chorégraphies assez simples, que l’on tient au bout de 3-4 séances (contrairement au Body Jam – cours de danse de LesMills également – dont les chorégraphies sont moins évidentes).

Quand on atteint un minimum de maîtrise, foi de Biancat, on s’éclate littéralement, on se prend pour Michael Jackson ou Beyoncé et cela pendant trois mois, durée des chorégraphies qui se renouvellent tous les trimestres. Morceaux actuels de tous les styles (pop, house, latino, samba, …), cardio et défoulement complet, tout ce que j’aime. Voilà pour vous donner une idée :


Moralité : même si tous les objectifs n’ont pas été atteints, on va dire que je suis à 8/10 de satisfaction. Et vous, vous en êtes où avec le sport ?

Publicités

Les 5 commandements de la Zumba

Le fitness, tout un programme… Pendant des années, j’ai écumé les salles de sport, usé mes baskets, transpiré des litres de sueur, subi des jours de courbatures, et à peu près tout testé. Et puis un jour, j’ai découvert la Zumba. La première fois que j’ai entendu ce mot, je me suis tout de suite imaginé une troupe de filles avec des tresses en train de danser pieds nus sur Scatterlings of Africa de Johnny Clegg. Une image plutôt éloignée du fitness traditionnel que je connais et de ses acronymes parfois étranges : LIA (Low Impact Aerobic), TBC (Total Body Conditioning), STEP (Step)…

Si, comme moi, l’image de Johnny Clegg vous vient, voici ce qu’est réellement la Zumba : malgré son nom très exotique, il s’agit ni plus ni moins d’un programme d’entraînement physique qui combine des mouvements toniques d’aérobic et de danse. Pour les vieilles routières du fitness qui ont l’habitude des step touch, V-Step et autres grapevines, on les retrouve aussi dans la Zumba.

Alors oui, on peut pratiquer la Zumba sur des musiques africaines, mais en réalité on peut faire de la Zumba sur à peu près tout ce qui est pêchu et qui se danse. La base, ce sont principalement les musiques latinos (salsa, merengue, kuduro, reggaeton…) mais avec du hip-hop, de la pop, voire de la technodance, ça marche aussi.

cours de zumba fitness avis 2 Les 5 commandements de la Zumba

Plutôt qu’un très long discours (et parce que je ne peux pas faire de démo live dans cet article), voici les cinq raisons pour lesquelles il faut faire de la Zumba :

1. Un excellent moment, tu passeras

La Zumba, ce n’est pas difficile. On danse, certes, mais ce n’est pas de la chorégraphie Michael Jackson troisième dan. On peut patauger un peu les premiers cours, mais le plaisir vient vraiment très rapidement. L’astuce, c’est de faire des mouvements personnels quand on perd le fil, l’essentiel étant surtout de garder le rythme (et aussi d’aller dans le même sens que les autres pour éviter les collisions). Peu importe si les pas sont approximatifs et les bras un peu emmêlés. De toute façon, personne ne nous regarde.

2. Ton corps, tu libèreras

En fitness traditionnel, un V-step est un V-step, un step touch, un step touch, c’est propre, c’est carré. En Zumba, tout est prétexte à onduler son corps. Au début, on peut avoir un peu de mal à se lâcher parce qu’on est incontestablement moins sexy que Shakira dans le miroir. Pourtant, au bout de quelques cours, la Beyoncé qui sommeille en nous finit par se réveiller sans crier gare : l’objectif, c’est avant tout de s’é-cla-ter ! Encore une fois, personne ne nous regarde : dites-vous bien que la fille derrière nous est bien plus concentrée sur la prof et sur ses pieds que sur notre bras gauche qui est parti dans le mauvais sens.

3. Des cuisses en acier, tu auras

Oui, la Zumba c’est du fitness, c’est-à-dire en grande partie du cardio et du renforcement musculaire. Il faut donc bien souffrir un peu. Alors préparez-vous à cracher vos poumons, à avoir les jambes en coton (ou tétanisées, c’est selon) et à finir le cours rouge comme une écrevisse et totalement rincée. Mais c’est pour la bonne cause, et pire, vous aimerez tellement ça que vous en redemanderez.

4. La tête, tu te videras

Vous avez passé une mauvaise journée au boulot ? Vos enfants vous ont rendu chèvre ? Le chat a vomi ses poils dans le salon ? Ou alors Chéri n’a pas vidé le lave-vaisselle ? Pour évacuer le stress, aller à un cours de Zumba est aussi efficace qu’un billet d’avion pour l’autre bout du monde. Mais c’est moins cher.

5. La douche et la détente, tu apprécieras

Après l’effort, le réconfort. Rien de tel qu’une bonne séance où on s’est donné à fond pour trouver que cette douche est décidément la meilleure de toute notre vie entière. Et que le canapé n’a jamais été aussi accueillant et moelleux. Voire même, après toutes ces calories perdues, on ne culpabilisera presque pas de dévorer une (voire deux) part(s) de pizza.

Tous ces bénéfices pour une petite heure d’effort, je serais vous, je trouverais vite le club de sport le plus proche de chez moi pour essayer.

ArticlepubliéSobusygirls-rouge